Vainqueur des sénatoriales du 24 septembre dernier, Vincent Delahaye conserve le fauteuil qu’il occupe depuis 2011. Une victoire qui, non-cumul des mandats oblige, le contraint à renoncer à son mandat de maire. L’occasion pour la rédaction du M de s’entretenir avec un homme qui a consacré 22 ans de sa vie à Massy.

Vincent Delahaye, d’où vient votre intérêt pour la politique ?
C’est mon père, maire-adjoint à Chevreuse que j’ai souvent accompagné sur différentes manifestations, qui m’a donné le goût de la politique et m’a convaincu une fois adulte de m’intéresser aux affaires locales et à la gestion de ma ville. Pourquoi Massy ? Il s’est trouvé que je m’y suis installé en 1983 – juste après mon mariage – et je me suis dit, à partir de là, que j’allais m’investir dans la vie massicoise…

Une ville dont vous devenez maire en 1995… Qu’est-ce qui vous a poussé à briguer ce mandat ?
Être maire est le mandat le plus passionnant qu’il m’ait été donné d’accomplir. Ce qui est intéressant dans la politique locale, c’est la diversité des sujets que l’on traite et la diversité des rencontres que l’on fait : des problèmes d’éclairage aux problèmes liés à la construction d’un Palais des Congrès en passant par la rencontre de personnes à la recherche d’un emploi ou de ministres. Qui plus est, nous avons la chance d’évoluer dans une ville avec des nationalités différentes, des communautés différentes et c’est intéressant de travailler au vivre ensemble. Ce n’est pas tous les jours facile mais c’est passionnant. Lorsqu’on fait de la politique, il faut aimer les gens. Et moi, j’aime les gens.

J’aimerais que nous revenions à votre élection aux sénatoriales de 2011. Pourquoi avez-vous souhaité briguer un mandat national en sus de votre mandat local ?
Parce qu’être Sénateur est un plus ! Cela permet entre autres de faire avancer un peu plus vite certains dossiers locaux ! Voilà ce qui m’a poussé à aller au Sénat. Je souhaitais aussi me servir de mon mandat de Maire pour faire en sorte que les projets de loi tiennent compte de l’expérience d’un élu comme moi.

Lire la suite

J’ai toujours servi Massy et les Massicois que ce soit en tant que Maire, en tant que Président de la communauté d’agglomération Europ’ Essonne, en tant que Vice-Président de la communauté d’agglomération Paris-Saclay ou comme Sénateur. Massy est une ville que j’aime. J’aime sa diversité. J’aime son potentiel. J’aime son dynamisme. Autant dire que je me suis profondément attaché à cette ville dans laquelle je ne suis certes pas né mais où j’habite depuis 34 ans. Et c’est vrai que tout ce que j’ai fait, je l’ai fait dans l’intérêt des Massicois. Il faut aimer être à leur service. Et c’est cela qui m'a toujours animé.

Quitte à y consacrer l’essentiel de votre temps…
On ne peut pas être élu et travailler 35 heures par semaine. Mes semaines ont toujours été des semaines de 70 heures ! Cela n’a pas été toujours facile à vivre pour mon épouse et mes enfants. Mais j’ai essayé de trouver un équilibre entre ma vie privée et ma vie au service des Massicois.

Des Massicois que vous avez toujours tenu à associer à votre action… notamment à travers la création des assemblées de quartier. Une ville aujourd’hui se construit-elle obligatoirement en concertation avec ses habitants ?
Je n’ai jamais été avare de réunions publiques comme ce fût le cas pour Vilmorin. Que faire de ces terrains en friche depuis une trentaine d’années ?

Lire la suite

Nous avons lancé un concours d’urbanisme. Et il m’a semblé indispensable de consulter les Massicois alors même que la loi ne m’y obligeait pas. Vous savez, la concertation c’est dialoguer mais pas forcément s’aligner. C’est d’ailleurs une erreur que l’on fait souvent sur cette notion de concertation qui me tient particulièrement à cœur. Pour ma part j’ai toujours recherché ces moments d’échanges avec les Massicois et la ville de demain ne pourra s’y soustraire.

J’aimerais que l’on évoque ce vivre ensemble qui me semble être une valeur que vous avez chevillée au corps…
J’ai toujours cherché à être en harmonie avec les gens qui m’entourent. Je n’aime ni les tensions ni les conflits. J’œuvre à ce que chacun se sente bien dans sa ville.

Une ville que vous avez pensée comme une ville durable…
La ville durable c’est, à mon sens, une certaine densité. J’estime que lorsque l’on a la chance d’avoir des transports performants comme c’est le cas à Massy – même s’il faut les renforcer comme nous l’avons fait avec la plateforme des gares – on se doit de densifier. Mais de manière intelligente.

Lire la suite

C’est-à-dire qu’il faut densifier près des transports en commun tout en veillant à apporter des espaces de nature, de verdure, d’agrément…. Nous essayons également d’avoir un développement durable avec un rapprochement du lieu de résidence et du lieu de travail.

À Massy, l’on construit des logements pour tous dans tous les quartiers, la mixité sociale relève-t-elle selon vous de l’intérêt général ?
Je souhaite que Massy puisse attirer des gens de tous horizons pour la simple et bonne raison que je n’aime ni les ghettos de pauvres ni les ghettos de riches. C’est d’ailleurs ce qui fait que j’attache une grande importance à l’espace public puisque ce dernier profite à tous sans aucune distinction.

Vous rejetez donc les schémas hérités du passé avec cette opposition entre quartiers riches et quartiers pauvres…
Pour moi il n’y a pas de quartiers riches et de quartiers pauvres mais des quartiers différents avec une histoire qui leur est propre. Massy est une ville multipolaire qu’il faut vivre comme telle en faisant en sorte que les Massicois aient plaisir à se retrouver dans tel ou tel quartier et aller les uns vers les autres.

Lire la suite

Il faut insister sur les atouts et les charmes de chaque quartier. Ce qui est certain c’est que tous nos quartiers doivent bénéficier de la bonne santé de la ville. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le quartier de Massy-Opéra est celui sur lequel nous avons investi le plus durant mes années de Maire. Et les opérations d’envergure vont se poursuivre car Massy-Opéra a encore besoin d’évoluer pour être à la hauteur de ce qu’on attend d’un quartier moderne où il fait bon vivre ensemble.

Ce qui implique d’attirer à Massy des entreprises créatrices d’emploi…
La priorité – avant d’attirer de nouvelles entreprises – consiste à faire en sorte de conserver celles qui sont déjà implantées sur notre territoire. Et pour cela il faut établir des liens avec ces entreprises, leur montrer que l’on comprend leurs problèmes et essayer d’y apporter des solutions afin qu’elles se sentent bien sur Massy et décident d’y rester. Lorsque nous avons imaginé l’évolution de la ZAC des Petits Champs Ronds sur Atlantis, beaucoup d’entreprises m’ont dit « Monsieur le Maire, vous voulez nous faire partir de Massy ». J’ai répondu « pas du tout, j’ai envie que vous restiez mais que vous restructuriez, que vous évoluiez avec la ville ».

Lire la suite

C’est ce qui s’est passé – les entreprises évoluent avec la ville et son image que nous avons su faire évoluer. Nous avons aujourd’hui l’image d’une ville dynamique, moderne, accueillante. Et pour une entreprise cela est important. Certaines comme Safran décident d'implanter l’université de formation de leurs agents au château de Vilgénis. Je suis ravi lorsque je vois cette entreprise investir plus de 55 millions d’euros pour réaménager tout un secteur historique de Massy. Et puis Carrefour – une société du CAC 40 – passe le périphérique et vient s’installer comme cela à une quinzaine de kilomètres de Paris, ce n’est pas fréquent. Le fait que nous soyons un carrefour de communication ferroviaire et autoroutier au sud de Paris fait de Massy une ville avec laquelle il faut compter, la Capitale sud du Grand Paris…

Massy est – comme vous l’avez souligné – un carrefour de communication grâce notamment au pôle multimodal des gares. Deux gares routières, deux gares RER reliées par une passerelle, une gare TGV sans oublier la future ligne 18 du Grand-Paris Express… Obtenir tout cela a été je l’imagine un combat de tous les instants !
Les projets de transports sont tous de longs combats. Ce sont des investissements importants, voire colossaux, qui touchent des millions de personnes. Prenez la plateforme multimodale des gares qui est un équipement fondamental et à laquelle je me suis intéressé dès mon élection en 1995.

Lire la suite

Le premier coup de pioche n’a eu lieu qu’en 2007, soit douze ans plus tard et l’inauguration qu’en 2012. Il a donc fallu en tout et pour tout 17 ans pour mener à bien ce projet. Dix-sept années de réunions – au rythme de 8 par an les dix premières années – dont je n’ai pas raté une seule parce que ce projet me paraissait fondamental pour Massy et pour les Massicois. Et il l’a été !

Des Massicois qui vous ont accordé leur confiance à maintes reprises… D’ailleurs comment réagit-on lorsque l’on constate élection après élection que la population que vous servez vous reconduit dans vos fonctions ?
Cela fait forcément plaisir! Vous savez, j’ai été élu en 1995 avec 104 voix d’avance, en 2001 avec 1000 voix d’avance, en 2008 avec 2000 voix d’avance et en 2014 avec 6000 voix d’avance…

Lire la suite

Je peux vous dire que c’est une grande satisfaction. Cela prouve que l’action que nous avons menée – et qui est une action avant tout locale et au service de la population – a porté ses fruits et que les gens apprécient la façon dont nous avons dirigé la ville.

Et optant pour une politique budgétaire et fiscale maîtrisée…
J’ai toujours souhaité gérer l’argent public avec rigueur. Je n’ai d’ailleurs jamais compris que l’on puisse critiquer la rigueur!

Lire la suite

Quand on gère l’argent de tout le monde l’on se doit de faire attention à ses dépenses au risque de se retrouver contraint d’augmenter les impôts. La taxe d’habitation n’a pas augmenté à Massy en 21 ans. Et c’est là une de mes grandes fiertés!

Et cela en maintenant un haut niveau de services et en faisant de Massy un pôle culturel et sportif de premier plan.
J’ai souhaité travailler avec les acteurs qui étaient en place au moment de mon élection en 1995 et je pense que nous avons bien travaillé.

Lire la suite

Nous avons fait en sorte de créer du lien entre les différents équipements, de créer et de soutenir des évènements culturels de premier plan comme les Primeurs ou le Festival International du Cirque… Et pour une ville comme Massy c’est important.

Quid du sport ?
Nous avons aujourd’hui des clubs qui rayonnent en dehors de nos frontières et qui font la fierté de notre ville. J’ai toujours été un sportif qui pratique plusieurs disciplines. J'aime les valeurs véhiculées par le sport. Chacun doit donner le meilleur de soi-même…

Lire la suite

Que l’on soit doué ou moins doué, il faut travailler pour arriver à quelque chose de bien. Et j’ai trouvé un écho dans les acteurs sportifs de la ville, dans ces bénévoles qui s’investissent énormément, dans ces centres de formation d’un niveau exceptionnel… C’est la raison pour laquelle j’ai toujours souhaité leur apporter le plein soutien de la municipalité et faire en sorte de les accompagner sur les questions d’équipements ou de soutien financier. Je suis très, très fier d’avoir au bout de vingt-deux ans une équipe de handball qui retrouve la première division et une équipe de rugby évoluant en Pro-D2 qui réalise un excellent début de saison sans oublier notre club d’escalade, le meilleur de France. C’est vrai que pour moi c’est une fierté et pour l’image de la ville c’est une très bonne chose.

Un maire connaît-il des moments de doute ?
Il y a forcément des moments de doute… Il y a toujours des moments où l’on se demande si l’on a pris la bonne décision, si l’on va dans la bonne direction.

Lire la suite

Notamment lorsque les mauvaises nouvelles s’accumulent au cours d’une seule et même journée. Mais j’ai la chance d’avoir un tempérament plutôt positif. D’être quelqu’un d’optimiste. De me dire que je vais m’en sortir même si c’est difficile. De toujours aller de l’avant. De ne pas me laisser décourager par telle ou telle chose.

La persévérance serait-elle la clé du succès en politique ?
Se fixer un objectif et faire preuve de persévérance, voilà les deux clefs de la réussite!

Lire la suite

Vous savez, lorsque je suis arrivé à Massy en 1983 je me suis dit que j’en deviendrai bien volontiers maire. J’ai mis dix ans à réaliser mon objectif! En sport si on veut y arriver il ne faut rien lâcher. Et c’est tout aussi valable en politique!

La persévérance serait-elle la clé du succès en politique ?
Se fixer un objectif et faire preuve de persévérance, voilà les deux clefs de la réussite!

Lire la suite

Vous savez, lorsque je suis arrivé à Massy en 1983 je me suis dit que j’en deviendrai bien volontiers maire. J’ai mis dix ans à réaliser mon objectif! En sport si on veut y arriver il ne faut rien lâcher. Et c’est tout aussi valable en politique!

Un maire connaît-il des moments de doute ?
Il y a forcément des moments de doute… Il y a toujours des moments où l’on se demande si l’on a pris la bonne décision, si l’on va dans la bonne direction.

Lire la suite

Notamment lorsque les mauvaises nouvelles s’accumulent au cours d’une seule et même journée. Mais j’ai la chance d’avoir un tempérament plutôt positif. D’être quelqu’un d’optimiste. De me dire que je vais m’en sortir même si c’est difficile. De toujours aller de l’avant. De ne pas me laisser décourager par telle ou telle chose.

La persévérance serait-elle la clé du succès en politique ?
Se fixer un objectif et faire preuve de persévérance, voilà les deux clefs de la réussite!

Lire la suite

Vous savez, lorsque je suis arrivé à Massy en 1983 je me suis dit que j’en deviendrai bien volontiers maire. J’ai mis dix ans à réaliser mon objectif! En sport si on veut y arriver il ne faut rien lâcher. Et c’est tout aussi valable en politique!

La persévérance serait-elle la clé du succès en politique ?
Se fixer un objectif et faire preuve de persévérance, voilà les deux clefs de la réussite!

Lire la suite

Vous savez, lorsque je suis arrivé à Massy en 1983 je me suis dit que j’en deviendrai bien volontiers maire. J’ai mis dix ans à réaliser mon objectif! En sport si on veut y arriver il ne faut rien lâcher. Et c’est tout aussi valable en politique!

Et aujourd’hui vous renoncez à ce mandat que vous nous décriviez comme l’un des plus passionnants qui soit… Pourquoi ?
Il faut savoir que la loi sur le non-cumul des mandats me contraint à faire un choix. Mon amour pour Massy aurait pu laisser penser que je privilégierai mon mandat de maire. Mais il n’est pas déraisonnable de souhaiter au bout de 22 ans passer la main dans de bonnes conditions… en laissant, du moins en ai-je l’impression, une bonne image de mon action à la tête de la ville.

Une action que va se poursuivre grâce à l’équipe que vous avez mis en place à la suite des dernières élections…
Une équipe dont je vais continuer à faire partie en tant que conseiller municipal et qui va continuer à bien fonctionner puisque nous avons préparé ce passage de témoin.

Et que retenez-vous de ces 22 ans au service des Massicois ?
Ces vingt-deux années en tant que maire m’ont apporté beaucoup de bonheur. Cela restera un souvenir inoubliable. J’ai été évidemment très fier de diriger la ville de Massy, de travailler avec mes collègues du Conseil Municipal… Merci à tous les Massicois de m’avoir permis de vivre cela.

- réalisations -

1995 > 2017

1995

Ouverture des Restos du Cœur.

1996

Création de la Police Municipale.

1997

Marché Couvert de Villaine.

1997

Inauguration de la Maison du Rugby.

1997

Salon des Artistes Massicois.

1998

Festival des Primeurs.

1999

Ouverture d’une épicerie sociale.

2001

Protection des quartiers anciens (ZPPAUP).

2002

Création des Jardins Familiaux.

2003

Piscine olympique couverte du COS.

2003

Crèche Vilmorin.

2003

Inauguration du Centre Régional d’Escalade.

2004

Création d’un Skate-Park.

2005

Mise en place de l’Agenda 21.

2006

Création des Assemblées de Quartiers.

2007

Inauguration de la Place de l’Union Européenne.

2007

Mise en place du Chèque Activité Jeunes.

2007

Inauguration du Stade Paul Nicolas.

2007

Espace de Proximité Lino Ventura.

2007

Guichet unique à la Mairie de Massy.

2007

Rénovation de Paul B.

2007

Mise en place de « 100 Jeunes pour l’emploi ».

2009

Création du Pass’Permis.

2010

Rénovation du quartier Bourgogne-Languedoc.

2010

Mise en place de la vidéo-protection.

2010

Création de la crèche Moreau.

2010

Festival des Insolites.

2010

Agrandissement de la médiathèque Héléne Oudoux.

2011

Mise en place de la navette gratuite Massy-Bus.

2011

Construction de l’espace sportif Mogador.

2012

Inauguration de la passerelle des gares.

2012

Création de l’école Atlantis.

2013

Inauguration du Parc Ampère.

2013

Centre de Loisirs Mermoz.

2014

Gymnase Atlantis Sport.

2016

Inauguration de la Place de France.

2017

Maternelle les Petits Champs Ronds.

2017

Inauguration de la Place du Grand Ouest.