Implanté avenue Carnot, le « 30 » - inauguré le 26 septembre dernier par la Communauté d’agglomération Paris-Saclay - est devenu en quelques semaines une adresse incontournable pour les créateurs d’entreprises et salariés nomades adeptes du coworking. Son atout charme ? Trente-quatre postes de travail, trois bureaux privatifs, trois salles de réunion, plusieurs espaces de convivialité, le tout réparti sur 430 mètres carrés à quelques encablures du pôle multimodal des gares. Son petit plus ? Des spécialistes qui accompagnent les créateurs d’entreprise à chaque étape de leur projet : formalités, conseil juridique, financement... Et si nous poussions, ensemble, les portes du « 30 ».

Implanté avenue Carnot, le « 30 » - inauguré le 26 septembre dernier par la Communauté d’agglomération Paris-Saclay - est devenu en quelques semaines une adresse incontournable pour les créateurs d’entreprises et salariés nomades adeptes du coworking. Son atout charme ? Trente-quatre postes de travail, trois bureaux privatifs, trois salles de réunion, plusieurs espaces de convivialité, le tout réparti sur 430 mètres carrés à quelques encablures du pôle multimodal des gares. Son petit plus ? Des spécialistes qui accompagnent les créateurs d’entreprise à chaque étape de leur projet : formalités, conseil juridique, financement... Et si nous poussions, ensemble, les portes du « 30 ».

10h

30 avenue Carnot, 1er étage, porteurs de projet, créateurs d’entreprise, freelances, dirigeants de Pme et employés détachés occupent l’espace coworking du « 30 ». Quel(s) avantage(s) à être là ? Le coworking c’est à n’en pas douter une réponse à la volonté des uns et des autres de travailler autrement. Si l’aventure Apple a commencé dans un garage - celui de Steve Jobs - rien n’oblige aujourd’hui les porteurs de projet à suivre cet illustre exemple. « En plus de favoriser les échanges, nos espaces de coworking donnent accès à des équipements professionnels et à des infrastructures de qualité pour un coût modique puisqu’il est justement partagé entre l’ensemble des coworkers », nous souffle Myriam - notre hôte - croisée à proximité d’un des espaces de convivialité du « 30 », en compagnie de Gaëlle - consultante zéro déchet chez Ose ZD - prête à en découdre avec un PowerPoint. Le « 30 » ? Gaëlle le découvre grâce à un Welcome Pass - un précieux sésame qui permet de découvrir et de tester gratuitement pendant 1 journée, les services offerts par ce lieu. Christine, croisée la veille à un job-dating à l’Opéra de Massy, a quant à elle choisi de prendre un abonnement mensuel. Franchisée du réseau de services à la personne Apef Services, gérante d’une agence sur Orsay et sur Sainte-Geneviève-des-Bois, cette ex-directrice financière désireuse de développer son activité sur Massy a fait du « 30 » son quartier général… et un lieu privilégié de rencontres avec des acteurs du territoire. Et qui dit rencontres dit nouvelles collaborations et pourquoi pas nouveaux projets !

 

14h

À l’extérieur de la salle de réunion occupée par Véronique, c’est l’effervescence. Une vingtaine de start-up en phase d’amorçage est présente pour intégrer l’accélérateur WILCO et bénéficier d’un accompagnement spécifique. La finalité de cette association est de permettre, sur la base d’un dossier de candidature, à de jeunes  start-ups d’atteindre leur premier million de chiffre d’affaires via un programme d’accompagnement de trois ans en plusieurs étapes comme l’explique, Arnaud Responsable des Partenariats chez Wilco. « La première étape consiste à valider puis structurer le plan de développement de la startup, la deuxième étape à apporter une brique de financement sous la forme d’un prêt à taux zéro pouvant atteindre les 150 000 €, etc. »

11h30

Et c’est parce que les étudiants d’aujourd’hui sont les créateurs de demain pour citer, en substance, Elisabeth - fondatrice d’Ennéaphore - que cette dernière a accepté de participer - quelques jours plus tôt - à une master class « Option Start Up » à laquelle ont assisté les élèves de Terminale STMG option Ressources Humaines et Communication du lycée Pierre et Marie Curie de Versailles. L’occasion pour ces futurs entrepreneurs de découvrir de nouvelles formes d’organisation du travail et d’échanger en toute simplicité avec Elisabeth, qui anime par ailleurs un atelier au « 30 » : Des ateliers, parlons-en « Pitcher son projet », « Chef d’entreprise un métier », « Mettre en place une stratégie commerciale et les outils de prospection cohérents », « construire son offre de service et valider son modèle économique », développer vos talents ou encore communiquer pour diriger… autant d’ateliers se déroulant sur plusieurs jours qui prouvent qu’au « 30 », on accompagne les porteurs de projets de A à Z.

16h

Autre bureau, autre permanence. Celle de Claire d’Initiative Essonne. Quèsaco ? « Initiative Essonne est l’une des 223 plateformes d’Initiative France, premier réseau associatif de financement et d'accompagnement des entrepreneurs ». Si le cœur de métier d’Initiative Essonne est de renforcer les fonds propres des entrepreneurs par un prêt d’honneur (prêt à taux 0% sans garantie personnelle) pour leur faciliter l’accès à un emprunt bancaire, l’association accompagne le porteur de projet, assure un suivi post-création d’entreprise et lui offre un accès à un réseau ce qui - pour citer Elisabeth d’Ennéaphore - « est essentiel ». À l’heure de refermer les portes du « 30 », citons Coralie - fondatrice de Zéro Wattheure : « Une idée ne veut rien dire tant qu’on ne l’a pas fait grandir ». Alors qu’attendez-vous pour pousser les portes du 30 ?

12h15

Ne comptez pas sur Véronique de BGE PaRIF - partenaire du 30 - pour vous dire le contraire. Mais que fait BGE PaRIF - réseau d’accompagnement à la création d’entreprise et chef de file du dispositif Entrepreneur#Leader - au 30 avenue Carnot ? Véronique a rendez-vous avec une porteuse de projet qui a intégré la « couveuse lab » de BGE PaRIF en juillet dernier. Pendant 8 mois, cette porteuse de projet va bénéficier « d’un hébergement juridique pour facturer ses produits ou ses services en sécurité en utilisant notre numéro de Siret, d’une assurance responsabilité civile et professionnelle et d’un suivi personnalisé ». Libérer de toute contrainte administrative, elle va pouvoir tester son modèle économique et se former au métier de chef d’entreprise et développer son réseau avec les autres entrepreneurs également présents au 30. Pour Aïcha-Sarah - reçue ce jour -, le terme de couveuse est plus qu’approprié : « BGE PaRIF est comme une poule qui couve ses œufs jusqu’à ce qu’ils éclosent et laissent place à des poussins ».