« Les voies de la musique sont mystérieuses » (Yann Apperry). Prenez Tristan Vitton. Passer d’une enfance bercée par Georges Brassens et Jacques Brel à la coordination d’une association visant à faire connaître la culture Hip-Hop a de quoi surprendre. D’autant plus lorsque le jeune homme en question a passé huit années de sa vie à apprendre le solfège et le piano au Conservatoire. Et pourtant…

suite interview

Le trentenaire se défend de pratiquer le grand écart. Sa ligne de défense est d’ailleurs toute trouvée : « Quand tu aimes la musique tu te dois d’avoir la curiosité d’aller voir ce qui se fait ailleurs » dixit le jeune homme qui passe les années 90 à décortiquer les articles de presse et les pochettes de disques, à passer en boucle des CD-sampler, « comme pas mal de gens de ma génération », à découvrir la soul, la funk, l’électro ou bien encore le rock indé. Si le Wu-Tang Clan a bouleversé sa vie, Tristan est tout aussi capable de vous parler des premiers albums d’Xzibit que de ceux de Mogwaï.
« Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c’est quelque chose qui ressemble au destin », dixit Tahar Ben Jelloun. Que dire alors de la rencontre entre Tristan et André si ce n’est qu’elle va permettre au jeune homme de découvrir l’envers du décor. « J’ai commencé à traîner à Massy en 1999/2000 par le biais d'André qui avait pas mal de contacts dans le coin notamment à Paul B et dans d’autres structures » nous précise Tristan. « Et comme il savait que j’aimais la musique, il m’a proposé d’en découvrir les coulisses ». Tristan fait alors la connaissance de Stofkry (DJ/Beatmaker), de Salou (technicien son/lumière) et organise son premier évènement « Attack du Mic »– un Battle Mc à Paul B. – « qui rencontre un certain succès ». Notre Massicois de cœur rêve alors de réaliser une semaine 100% Hip-Hop sur Massy. Son nom ? Hip-Hop SupréMassy ! Un projet mort-né. Pas de quoi décourager Tristan et son acolyte Bab2 – graffeur au sein du collectif P19 – qui décident de transformer cette déconvenue en opportunité. SupréMassy est née ! Pour quoi faire ? « Pour faire la promotion de la culture Hip-Hop en tant que Culture avec un grand C », dixit le principal intéressé qui – modestie oblige – préfère mettre l’accent sur les activités de l’association plutôt que sur sa personne. Des activités dont nous ne saurions dresser ici une liste exhaustive. Nous nous contenterons de dire – avec la bénédiction du coordinateur de l’association – que la danse a fini par prendre le pas sur le reste : Hip-Hop avec Khriss et 6Franc, Breakdance avec Tonio, House avec Clairéa… De l’Opéra à la Salle des Graviers en passant par Paul B, SupréMassy a su s’intégrer dans le paysage massicois et s’exporter… sans jamais perdre de vu cette volonté de transmettre la culture Hip-Hop parce que « non, la culture ce n’est pas un gros mot, et oui cela s’adresse à tout le monde. » Vraiment ? « Tu es novice ? Viens chez-nous ! Tes premiers pas dans cette culture se feront dans de bonnes conditions. Tu es un puriste ? Tu y trouveras ton compte. »
L’association comme lien social, Tristan y croit… mais attention. « Nous ne sommes pas éducateurs. J’entends par là qu’il y a des gens dont c’est le métier. Si l’on fait du social, c’est par notre action. » Et d'ajouter : « C’est-à-dire que l’on propose des cours de qualité, dans des lieux de qualité à un tarif adapté… C’est en cela que c’est social. » Le kiff de cet ancien technicien son qui fut un temps vendeur, livreur et magasinier  ? « Construire des choses avec les gens, transmette une certaine vision de la vie, faire en sorte que nos élèves deviennent des adultes épanouis… » Le partage, Tristan l’a chevillé au corps. « On vit ensemble, on grandit ensemble, on se construit ensemble avec nos défauts et nos qualités… »
Son rêve ? « Qu’il y ait un lieu dans le 91 dédié à la culture Hip-Hop où l’on pourrait faire nos cours de danse tous les jours, organiser des résidences… » Cette Maison du Hip-Hop tant fantasmée, Tristan ne l’imagine pas ailleurs qu’à Massy. « Parce que c’est une des plus grandes villes de l’Essonne, la mieux desservie » et parce qu’il ne voit pas son avenir ailleurs qu’ici. Pour citer l’un de ses amis : « Tristan est trop impliqué, il ne peut plus faire machine arrière ». Et c’est tant mieux.

Bio

1996 : Premier disque de rap acheté
1999 : Arrivée sur Massy
2007 : Création de l’association SupréMassy
2013 : Co-réalisation de l’album
«La Suite Logique de Diem Delam»
 2015 : Création de «One Punch Crew»

Site : SupreMassy