– playlist –

LE BLUES DANS TOUS SES ÉTATS

Quel est le point commun entre le responsable Secteur Musique des Bibliothèques de Montreuil Bernard Poupon, l’homme-orchestre Philippe Menard, l’harmoniciste Mario Scillia ou bien encore la violoniste Cécile Wiener et le violoncelliste Frantz Wiener ? Vous donnez votre langue au chat ? Tous ont contribué à faire du mois de juin le mois du blues dans nos médiathèques. L’occasion rêvée de plonger aux origines de ce courant musical et d’en explorer l’héritage. Bernard Poupon, la parole est à vous ! www.itineraires-blues.com

Le blues, musique populaire par excellence, est-il comme on a tendance à le penser un genre dérivé des Work Songs et des Field Hollers de la fin du xixe siècle ?
Les origines du blues sont difficiles à définir. Nous ne connaissons pas exactement la recette de base, de nombreux éléments entrent en ligne de compte. Mais oui, nous pouvons dire que le blues prend ses sources en partie dans les chants de travail car ils permettaient de donner le rythme sur les chantiers mais ils étaient également fredonnés dans les champs par des paysans solitaires en train de cultiver leur petit lopin de terre dans les années 1910.
« Toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du blues » chantait le poète. Le blues est-il à l’origine des musiques actuelles ?
Oui, la plupart. Pour le rock, c’est complètement vrai. Pour l’électro c’est en partie vrai. En effet, comme le blues, c’est une musique de danse, répétitive et qui cherche exactement la même chose : la transe.
Quels bluesmen conseiller à celles et ceux qui souhaiteraient découvrir ce courant musical ?
Dans les acoustiques, il faut écouter Robert Johnson, c’est la base. Dans les électriques, il faut vraiment écouter B.B. King. Dans les plus rock, Jimi Hendrix. En blues moderne, Stevie Ray Vaughan constitue une belle porte d’entrée. Et si on veut écouter quelque chose d’un peu plus extravagant, je vous conseille Dr. John.