Dossier :

Notre jeunesse massicoise

Quel est le point commun entre Babacar, Imane, Jean-François, Julienne, Mathieu et Youssef ? Tous sont Massicois. Mais encore ? Tous ont bénéficié de l’aide de la ville pour mener à bien leurs projets et avoir prouvé – pour citer Ambrose Pierce – que la jeunesse est l’âge du possible !

Portrait

Julienne

"Je trouve intéressant que la ville nous demande notre avis sur sa politique jeunesse"

Ne vous demandez pas ce que Massy peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour Massy.

Difficile de ne pas penser au discours inaugural de J.F.K. après avoir rencontré Julienne… quitte à détourner quelque peu les propos tenus par le 35e président des États-Unis en janvier 1961. À 21 ans, Julienne s’apprête à participer à la construction de la politique jeunesse de la ville lors des États-Généraux qui se tiendront le 20 mai au Centre Culturel Paul B. « Je trouve intéressant que la ville nous demande notre avis sur sa politique jeunesse plutôt que de prendre des décisions nous concernant sans nous consulter. » Si la jeune femme s’y intéresse, c’est parce qu’elle a bénéfi cié de nombreux dispositifs mis en place par la ville à l’attention des jeunes. Julienne ne tarit pas d’éloges sur l’Espace Jeunesse. Ce lieu dédié à l'information des jeunes sur la santé, la scolarité, l'orientation, la formation et l'emploi a été un point d’étape important sur sa trajectoire professionnelle. Besoin d’aide pour trouver un job d’été ? Direction le Point Information Jeunesse (PIJ). Besoin d’aide pour passer son permis de conduire ? Là encore, direction le PIJ où elle découvre le Pass' Permis. En contrepartie, Julienne a donné 30 heures de son temps au profit d’une association massicoise. Son choix s’est porté sur les Amis de La Citadine. Moralité ? Aide-toi et ta ville t’aidera.

La ville a mis en place plusieurs dispositifs liés à l’orientation, aux métiers, aux formations, aux jobs d’été ainsi qu’aux stages. Citons des soirées/forum de l’orientation (rencontre entre jeunes et professionnels et/ou étudiants en cours de formation), une aide à la rédaction de CV et lettre de Motivation, Journée jobs d’été 17/25 ans chaque année…

Portrait

Mathieu

À 20 ans, Mathieu passe ses journées à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles (ENSAV). La conclusion logique d’une scolarité que ce Massicois a effectué en grande partie à l’école Steiner. C’est lors de ses jeunes années qu'il se découvre une passion pour l’architecture. Les ateliers de modelage ou bien encore de sculpture éveillent son intérêt « pour le travail manuel, la conception, la création » comme en témoigne son projet de fin de cycle. Un projet d’envergure qui va prendre une forme inattendue. Mathieu se lance dans la création d’un fauteuil, se rapproche d’une école de restauration d’œuvres d’art - Les Temps d'Art- et d’un menuisier - José Décobert -, réalise qu’il n’a pas l’argent pour financer l’achat du bois nécessaire à la réalisation de son chef-d’œuvre, et se tourne alors vers le Point Information Jeunesse de sa ville. Il va alors bénéficier d’un coup de pouce financier via l’aide aux projets. Sa contrepartie ? Des cours de modelage à destination des seniors. « Cela aurait été compliqué de réaliser mes projets sans l’aide de la ville », reconnaît-il. Mathieu a en tout cas trouvé sa voie. Ce sera l’architecture. « C’est une discipline où l’on retrouve le plus ce genre de méthode de travail qui lie l’intellect et le manuel. Et comme c’est vraiment ce qui me convenait j’ai décidé de continuer dans cette voie. ».
Et Mathieu de s’y épanouir, de partir à Shanghai avec 4 de ses camarades pour représenter l’ENSAV à un concours international auquel participent 59 autres écoles pour le moins prestigieuses à l’image d’Harvard. Leur objectif ? Proposer un concept innovant autour d’une maison en polypropylène. Les nuits blanches s’enchaînent et les efforts de nos frenchies portent leurs fruits : Mathieu et ses camarades remportent le troisième prix. L’aide aux projets, notre jeune talent y a pris goût : « j’ai créé une fanfare à l’ENSAV et je me demande si le PIJ ne pourrait pas m’aider à trouver des actions à mener ». Sachant que Mathieu a 10 ans d’école de musique et de conservatoire derrière lui, qu‘il joue de la flûte et du saxophone, cela ne devrait pas être bien difficile.

"Cela aurait été compliqué de réaliser mes projets sans l'aide de la ville."

Avec Clic'études@Massy, la ville prête un ordinateur portable aux Massicois
de 18 à 25 ans en formation supérieure ou professionnelle.

Portrait

Youssef

À 18 ans, Youssef est un touche à tout. Difficile de trouver un sport auquel le jeune homme ne se soit pas essayé. « J’ai pour habitude de donner le meilleur de moi-même », nous confie ce jeune Massicois originaire du Square de la Poterne. Youssef n’a après tout pas à rougir de son parcours scolaire couronné de succès. Il a obtenu son Bac S. Son père l’aurait bien vu devenir médecin. Youssef, lui, choisit une autre voie. « Le sport, c’est toute ma vie » nous explique l'étudiant en STAPS.

Lire la suite

L'année 2014 marque à ce titre un tournant dans sa vie… Cette année là, la ville de Massy inaugure son premier parc de Street Workout non loin de l’Espace de proximité que Youssef a fréquenté durant toute son adolescence. La ville qui a financé cet équipement vient de faire le plus beau cadeau qui soit au jeune homme. Et s’il décide de s’y mettre « pour rigoler », il tombe vite amoureux de cette discipline qui lui permet de repousser ses limites physiques. À l’époque, il lui arrive de s’entraîner jusqu’à quatre heures par jour. Sa rencontre avec des membres de la team ALL BARS change la donne. Youssef comprend qu’il a du potentiel et qu’il existe des compétitions auxquelles il est tout à fait à même de participer. Direction Sevran où il réalise une prouesse en terminant deuxième à l’épreuve de tractions. « C’est à ce moment-là que je me rends compte que je suis loin d’être mauvais. » Résultat ? Youssef enchaîne les compétitions et amasse moult récompenses. Citons parmi ses faits d’armes une première place lors de la compétition « No Joke For King » et deux premières places lors du « Pull & Push » où il se retrouve confronté aux meilleurs de la discipline. Une discipline qu’il adore parce qu’elle lui permet de progresser dans tous les sports… C’est peut-être un détail pour vous mais cela veut dire beaucoup pour notre étudiant en STAPS qui ne vit que pour le sport et qui en s’entraînant une à deux heures par jour sauf les week-ends semble avoir trouvé sa voie.

Les espaces de proximité sont des lieux d’animation, d’accueil,  l’accompagnement social et de services de proximité ouverts à tous les publics au cœur des quartiers. Vous y retrouverez également des aides à l'insertion, à la recherche d'emploi, des informations et un accompagnement pour vos projets individuels ou collectifs et des activités en direction des différentes tranches d’âge (enfants, jeunesse, famille, seniors).

La billetterie M’TICKET permet d’obtenir jusqu’à -50 % sur spectacles, manifestations sportives… (sous conditions/sauf parc d’attractions) en constituant un groupe de 3 à 6 jeunes Massicois âgés de 13 à 25 ans.

"Je vais passer mon BAFA avec l'aide de la ville."

« On a plus perdu, quand on a perdu sa passion que quand on s’est perdu dans sa passion. » (Sören Kierkegaard). Jean-François, lui, n’a jamais perdu sa passion de vue. Le jeune homme de 18 ans est un passionné de danse ! Une activité qu’il pratique depuis ses années collège passées à Blaise Pascal. Pendant que ses amis fréquentent l’Espace de Proximité du Parvis de la Vendée, Jean-François suit des cours auprès de SupréMassy, une association qui met en place des actions autour de la culture Hip-Hop et qui va jouer un rôle déterminant dans sa vie. Et Jean-François d’évoquer les cours de Hip-Hop dispensés par Khriss, ceux de Break dispensés par Tonio et les conseils de Tristan. C’est ce dernier qui l’alerte sur l’existence du Pass’ Permis. Un coup de pouce financier en échange duquel il va donner 30 heures de son temps à une association. Laquelle ? SupréMassy, pardi ! « Une expérience passionnante » qui lui permet de découvrir l’envers du décor. « Diriger une association représente beaucoup de travail », nous explique-t-il en évoquant sa participation à la Fête des Associations de 2016 - où il s'est occupé de l'accueil du public et des inscriptions - et au Spice Jam de 2017. Fréquenter le Point Information Jeunesse (PIJ) donne des idées à notre danseur. « Je vais passer mon BAFA avec l’aide de la ville ». Et l’avenir ? Notre étudiant en Droit compte bien devenir gardien de la paix, un métier qui le passionne depuis son stage d’observation de troisième effectué au commissariat de Massy. Un passionné !

L'espace jeunesse met en place deux stages BAFA, 1re partie générale ou théorique par an, destinés aux 17/25 ans. Elle participe financièrement à hauteur de 50 %. La sélection se fait sur CV, lettre de motivation et entretien collectif.
Le Pass'Permis est un dispositif qui permet aux jeunes Massicois de disposer d’une aide financière de 500 € (directement versée à l’une des auto-écoles partenaires) afin d’obtenir leur permis de conduire. Ils s’engagent, en contrepartie, à donner 30 heures de leur temps au profit d’une association massicoise. Ce dispositif est réservé aux jeunes âgés de 18 ans à 25 ans. L’inscription au permis B et un code acquis sont obligatoires pour assurer le financement. Les jeunes sont sélectionnés sur dossier à partir de leur motivation en lien avec un projet personnel ou professionnel et sur la qualité du bénévolat proposé.

Portrait

Jean-François

Portrait

Babacar

"Tout le monde a déjà dessiné dans sa vie, c'est juste que moi je n'ai jamais arrêté."

S’il fallait trouver un point commun à son enfance au Sénégal et à son adolescence en France, Babacar évoquerait sans doute le dessin. Une passion ! Aussi loin qu’il s’en souvienne, le jeune homme de 19 ans a toujours pratiqué son art : « Tout le monde a déjà dessiné dans sa vie, c’est juste que moi je n’ai jamais arrêté… » Voilà qui est dit ! Le dessin, il l’a appris seul. En primaire, il croque des personnages de dessins animés et se mesure à son meilleur ami. Les deux compères profitent du moindre moment de temps libre pour se mesurer l’un à l’autre. Son obsession ? Progresser ! Encore et toujours ! Se reposer sur ses acquis ? Vous n’y pensez pas ! Le jeune garçon s’essaie au dessin réaliste. « J’ai certes commencé par le manga mais je ne voulais pas que le manga me suive tout au long de ma vie. » Alors Babacar dessine. Encore et toujours ! Lorsqu’il ne dessine pas, l’adolescent qui vit avec son père à Émile Zola fréquente assidûment l’Espace de Proximité Thomas Mazarik dont il garde un souvenir ému. Les sorties organisées par les animateurs, les tournois de tennis de table… et toujours le dessin dont il envisage de faire son métier à plusieurs reprises. Mais dessinateur de talent ne rime pas avec rêveur à plein-temps. « C’est très dur de vivre de son art » nous confie le jeune homme qui a opté pour une année sabbatique après avoir raté de peu un Bac Pro Marchandisage Visuel qu’il compte bien repasser en candidat libre… Son rêve ? « Exposer. » Un rêve sur le point de se concrétiser grâce à l’aide de la ville et plus particulièrement d’un dispositif jeunesse de la commune. Son nom ? L’aide aux projets. C’est grâce à ce dispositif que Babacar va pouvoir financer sa première exposition – dans une galerie parisienne – et pourquoi pas percer dans le milieu. En contrepartie, notre artiste en herbe a donné des cours de dessin à Thomas Mazarik au mois de février. « Cette aide aux projets, c’est la plus grande aide qui m’ait été apportée et j’en suis vraiment reconnaissant à la ville parce qu’une aide financière c’est justement ce qui me manquait. » Son avenir ? « J’ai pensé à tenter les Beaux-Arts ou à entrer dans une école de graphisme en alternance » et pourquoi pas devenir un artiste reconnu grâce à un coup de pouce qu’il n’est pas près d’oublier.

L'aide aux projets est un coup de pouce allant de 200 € à 400 € pour vous permettre de réaliser vos envies ou vos projets en contrepartie d’un geste utile pour la commune, les associations massicoises ou ses habitants. Elle peut également prendre la forme d’une aide financière pouvant atteindre 1500 € pour mettre en place un projet d’entraide à caractère culturel, sportif, scientifique, humanitaire, social ou environnemental avec l’organisation d’un retour sur cette expérience à destination des Massicois.

À 16 ans, Imane illustre à merveille cette citation de Michel de Montaigne. Sa scolarité à Descartes et à Blaise Pascal ? RAS ! Si ce n’est qu’elle lui permet d’intégrer le lycée Marie Curie à Sceaux en spécialité Bachibac. Cette formation permet aux élèves de passer en Terminale un examen unique, afin d’obtenir le diplôme français du Baccalauréat général et le diplôme espagnol du Bachillerato. Imane serait-elle une bonne élève ? « Oui, plutôt » concède-t-elle un brin gênée par la question. De quoi s’étonner lorsque la jeune fille qui dit avoir « grandi avec les Espaces de Proximité » nous explique suivre depuis deux ans des cours de soutien scolaire dispensés par la ville. Pourquoi un tel acharnement ? « Je me dis que je me lève pour quelque chose, que je vais renforcer mes points forts et travailler sur mes points faibles. » Un exemple concret ? « Aux dernières vacances nous avons commencé un cours auquel je n’avais pas compris grand-chose. Résultat, ce stage de soutien scolaire m’a permis d’être à l’aise avec le sujet et d’obtenir une bonne note au devoir surveillé. » Le PIJ ? « Oui je l’ai fréquenté notamment à l’ époque où je cherchais un job d'été. Ils m’ ont aidé à rédiger mes lettres de motivation, montré des exemples de CV, des endroits où aller pour postuler ». L’aide aux projets ? « Cela m’a permis de financer mon abonnement annuel pour ma carte Navigo ». Imane le reconnaît : « il y a beaucoup de choses à Massy qui sont faites pour les jeunes. »

L'aide aux projets est un coup de pouce allant de 200 € à 400 € …

Lire la suite

pour vous permettre de réaliser vos envies ou vos projets en contrepartie d’un geste utile pour la commune, les associations massicoises ou ses habitants. Elle peut également prendre la forme d’une aide financière pouvant atteindre 1500 € pour mettre en place un projet d’entraide à caractère culturel, sportif, scientifique, humanitaire, social ou environnemental avec l’organisation d’un retour sur cette expérience à destination des Massicois.

Portrait

Imane

"Mieux vaut une tête bien faite qu'une tête bien pleine."