160 hectares d’espaces verts
175 espèces d’arbres
0 pesticides
Label 3 fleurs 2017
1 jardin mellifère

Massy de par sa politique d’aménagement attire de nombreux particuliers en quête d’un cadre de vie urbain, contemporain, agréable et chaleureux. Saviez-vous que votre ville compte plus de 160 hectares d’espaces verts dont 130 d’espaces publics répartis sur l’ensemble de la ville ? Vous êtes-vous déjà arrêtés au bord d’un de ses trois étangs ? Avez-vous pique-niqué dans le parc Georges Brassens, flâné du côté du parc de la Tuilerie ou bien encore tenté de rejoindre Paris via la Coulée Verte ? Ville verte, ville fleurie, ville saine, ville propre, Massy respire ! Et vous aussi !

L’on dénombre 47 espèces dont les chants longs et variés bercent les Massicois. Pourquoi se sentent-ils aussi bien chez nous ? Peut-être à cause des nichoirs disposés dans toute la ville ! Sauriez-vous distinguer un nichoir pour grimpereau d’un nichoir pour martin-pêcheur et hirondelle de rivage ? Saviez-vous que la pauvre chouette hulotte se fait parfois subtiliser le sien par l’écureuil roux ? Non ? Certains de nos jeunes Massicois sont incollables sur le sujet. Et pour cause. Ils ont en effet participé à la construction d’une partie de ces nichoirs en collaboration avec le Service des Espaces Verts et la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Écoutez-les et ils vous expliqueront que Massy abrite des espèces vulnérables comme la linotte mélodieuse ou la fauvette grisette que l'on peut observer dans les divers parcs de la ville.

l’occasion de souligner que la ville exige dans toutes les nouvelles opérations urbaines la mise en place d’un éclairage à base de LEDs plus respectueux de l’environnement – l’on en oublierait presque, et c’est bien dommage, de tourner son regard vers le sol et de voir à quel point Massy est une ville fleurie. Ronds-points, bords de rues, places, suspensions, jardinières et massifs sont l'objet de toutes les attentions. À Massy, l’on joue avec les couleurs et les parfums pour créer des ambiances à même de vous transporter. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2016, ce sont 40 000 fleurs annuelles qui ont été plantées pour le fleurissement d’été, 28 000 fleurs bisannuelles pour la saison hivernale et 20 000 bulbes soit – si l’on se veut synthétique – 131 espèces de plantes dont 24 nouvelles. Massy qui participe depuis 1983 au concours départemental et régional du fleurissement a conservé son trophée Fleur Verte. Mais à trop parler de nos fleurs, l’on en oublierait presque de parler de notre patrimoine arboré, des 175 espèces différentes d'arbres que compte la ville (érables, platanes, tilleuls…), du cèdre bleu centenaire du quartier Atlantis ou bien encore le platane si bien décoré à Noël qui marque l’entrée du parc de la Tuilerie et de son plan d’eau.

Ils constituent une invitation à la baguenaude dans une ville qui compte une trentaine de mètres carrés d’espaces verts par habitant. Vous connaissez certainement le parc Georges Brassens. Vous y avez vraisemblablement assisté à un spectacle pyrotechnique à l’occasion des fêtes de juin. Mais vous y êtes-vous déjà rendu en journée pour explorer ses 40 hectares. Non ? Mais qu’attendez-vous donc pour réparer cette erreur en allant y pique-niquer ou faire une sieste en vous laissant enivrer par les parfums émanant de ses 1 300 m2 de prairies fleuries où le souci des champs – espèce très rare en Ile-de-France – attire des papillons comme le demi-deuil. Mais gare à ne pas être réveillé subrepticement par un affreux triton palmé ou un crapaud commun… qui ont leur utilité cela va sans dire ! Heureusement, vous ne risquez pas d’y tomber nez à nez avec un ragondin plutôt enclin à squatter les abords de la Bièvre qu’à divaguer dans le jardin mellifère et sa quinzaine de ruches. Des abeilles que l’on se doit de protéger non seulement parce qu’elles produisent un miel d’excellente qualité – nous vous invitons à le déguster à l'Office du Tourisme – mais aussi au nom de la biodiversité.

Vous êtes plutôt de ces Massicois qui ont la main verte et la binette qui les démangent ?
Eh bien sachez que le parc Georges Brassens abrite depuis 2004 des jardins familiaux sur 24 636 m2 soit pas loin de 120 parcelles. Une occasion de posséder un potager en ville et pourquoi pas de discuter jardinage avec vos enfants. Vous serez peut-être même étonnés de constater qu’ils en connaissent un rayon question jardinage. Et pour cause ! De nombreux établissements scolaires comptent des jardins pédagogiques. C'est aussi cela la force de Massy : se développer sans laisser la nature de côté.
Mais à trop parler du parc Georges Brassens, l’on en oublierait presque de parler d’autres parcs tout aussi charmants tels le parc de Villaine, le parc de la Corneille, le parc Descartes, le parc de la Tuilerie et son plan d'eau. Des plans d'eau dans lesquels il est bien entendu interdit de se baigner sécurité oblige. Citons celui de la Blanchette ou encore ceux aménagés pour la collecte des eaux de pluie comme ceux des Goachères, du parc Georges Brassens ou bien encore celui du bois de Briis.

Des parcs entre lesquels nous vous invitons à circuler en utilisant les mobilités douces.
Eh oui, à Massy le deux-roues à la cote ! Et ce ne sont pas les joggers ou notre collectif vélo qui nous contrediront. MDB, Soif de Bitume, La Recyclerie Sportive, Les Colibris de Massy-Palaiseau, Cyclophil et l’Agenda 21 de la Ville de Massy seraient même plutôt du genre à vous encourager à explorer les deux coulées vertes que compte la ville. À savoir la Coulée Verte qui traverse parcs et jardins des portes de Paris jusqu’à Massy et la promenade aménagée le long de la Bièvre soit un parcours de 18 km allant de Buc à Wissous en passant par notre ville.

Une ville qui compte de nombreuses pistes cyclables. Circuler à vélo dans Massy, c’est aussi l’occasion rêvée de découvrir des parcs urbains intermédiaires comme le mail du Commandant Cousteau ou bien encore le mail Vilmorin qui favorisent la biodiversité. Relier les espaces verts entre eux, c’est favoriser la circulation des espèces vivantes, leur alimentation, leur reproduction… Bref, la biodiversité. C’est la raison pour laquelle Massy gère ses espaces verts de manière écologique. À Massy, l’on n’utilise plus de produits phytosanitaires depuis 2011. On préfère l’huile de coude !

Et l’on n’hésite pas à sortir la binette lorsqu’il s’agit de désherber la voirie. Pourquoi ce changement ? Parce que l’utilisation d’engrais chimiques, d’insecticides ou d’herbicides conduit à différentes pollutions des plantes, des sols et de l’eau, que la taille excessive des arbres les mutile et les affaiblit, tandis que la tonte systématique des gazons détruit l’habitat de nombreuses espèces. L’ensemble de ces pratiques perturbe l’écosystème et appauvrit peu à peu la faune et la flore.

L’occasion de saluer le travaildu service espaces verts qui ne gère pas moins de 130 hectares. Sachez qu’il se compose de deux équipes soit le Service Espaces Verts Régie et le Service Espaces Verts Entreprises. Quid du budget consacré par la ville aux espaces verts ? Il est de plus de 3,2 millions d’euros répartis comme suit : 1,9 millions d’euros pour l’entretien et 1,3 millions en réaménagement. Tout cela pour que Massy soit une ville agréable à vivre.