Oui, nous connaissons un contexte économique difficile. Oui, la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités locales se poursuit pour la troisième année consécutive avec les conséquences que vous connaissez. Oui, le budget a une nouvelle fois été élaboré avec des marges de manœuvre toujours plus restreintes. Mais pas question pour autant de revoir à la baisse la qualité de service offert aux Massicois. Education, jeunesse, solidarité, les politiques menées dans ces domaines se veulent ambitieuses. L’attractivité de la ville, elle, se trouve renforcée par ces grands projets qui contribuent à améliorer votre cadre de vie. Et tout cela sans augmenter les impôts. Voilà à quoi ressemble un budget au service des Massicois.

Qu'est-ce qu'un budget ?

Le budget est l’acte juridique qui prévoit et autorise les recettes et les dépenses pour une année donnée. Voilà pour la définition. Concrètement, il se présente en deux sections, à savoir fonctionnement et investissement. La section de fonctionnement regroupe l’ensemble des dépenses et des recettes nécessaires au fonctionnement des services communaux. La section d’investissement, elle, a trait aux projets de la ville à plus ou moins long terme.

LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT

Les recettes de fonctionnement correspondent aux sommes encaissées au titre des prestations fournies à la population, aux impôts locaux ou bien encore aux dotations versées par l’Etat… Les dépenses de fonctionnement, elles, correspondent entre autres à l’entretien des bâtiments, aux salaires des employés municipaux, aux subventions aux associations, au remboursement des emprunts…

LE BUDGET D'investissement

Les recettes d’investissement, elles, « comprennent essentiellement des opérations qui se traduisent par une modification de la consistance ou de la valeur du patrimoine de la collectivité territoriale : achats de matériels durables, construction ou aménagement de bâtiments, travaux d’infrastructure, et acquisition de titres de participation ou autres titres immobilisés. »

Fonctionnement

M€ (Recettes)

M€ (Dépenses)

Principales dépenses

Investissement

M€ (Recettes)

M€ (Dépenses)

Principales dépenses

Par secteur :

Animation et vie associative

La ville poursuit son soutien logistique et matériel auprès des associations. Le budget dédié à l’aide à l’organisation d’évènements et de manifestations festives (location de matériel, alimentation …) est reconduit. Quant à la subvention du Comité des Fêtes (concerts gratuits, feu d’artifices…) elle est maintenue à son niveau 2016 (130 000 €).

Solidarité / Insertion / Prévension

L’action sociale est une priorité pour la ville qui continue à soutenir le Centre Communal d’Action Sociale ou CCAS dans ses missions (1 592 000 €) , le Syndicat Intercommunal pour l’Enfance Inadaptée dont la vocation est de trouver les moyens les plus appropriés pour permettre l’intégration des handicapés, enfants et adultes dans la vie sociale, scolaire ou professionnelle (37 700 €) ainsi que plusieurs associations (95 000 €) sans oublier nos Résidences pour Personnes âgées ou RPA (795 456 €).

Voirie / Espaces publics / Environnement

Améliorer votre cadre de vie compte parmi les priorités de la municipalité qui intervient dans tous les quartiers pour plus d’1 M€. Citons parmi ces travaux ceux des rues Jean-Jaurès, Eugène Crétel, Mangeon, Schaffner, Normandie Niemen, Chénier et Pont de Pierre… Qui dit cadre de vie dit espaces verts. Des arbres et arbustes supplémentaires vont être plantés sur l’ensemble de la ville (160 000 €). Citons également la modernisation de l’éclairage public avec un passage aux ampoules LED (1.9 M€). N’oublions pas, pour finir, les aménagements et mises en conformité des aires de jeux, notamment au  Clos de Villaine (100 000 €) et à la résidence Debussy (60 000 €) ainsi que le remplacement de 18 jeux dans diverses aires (126 000 €).

Petite enfance

La ville augmente régulièrement le nombre de places en crèche. L’effort se poursuit cette année avec la réservation de 10 places supplémentaires (92 000 €) à la crèche CAP ENFANT, ce qui porte à 652 le nombre de places disponibles sur la ville.

L’évolution du nombre de places en crèche est plus de trois fois supérieure à celle de la population : 74,8% de places en plus en 16 ans alors que la population n’a augmenté dans le même temps que de 23.7%

Culture

Massy rayonne sur le plan culturel grâce à ses équipements de qualité qu’elle continue à subventionner et à plusieurs projets phares. Citons « Les Insolites » (50 000 €) qui visent à réinventer le lien entre la ville et ses habitants par une programmation de spectacles vivants de qualité accessibles au plus grand nombre. N’oublions pas la mise en œuvre du Contrat Local d’Education Artistique ou CLEA (40 000 €) avec trois résidences missions sur les thèmes des arts de l’espace, du dessin et du spectacle vivant. Notons du côté des médiathèques la volonté de créer un fond de jeux vidéo et celle de rééquilibrer les collections adultes/jeunesse en faveur de ces dernières. Pour ce qui est des investissements, signalons les travaux de rénovation de CinéMassy.

Aménagement

Vous l’aurez remarqué, Massy s’est engagée sur d’importants projets qui contribuent à renforcer son attractivité son dynamisme. Citons à Atlantis le chantier de la Place du Grand Ouest (PGO) avec la livraison de la coque du parc de stationnement public au mois de mai et  l’ouverture du Centre des Congrès et du Multiplexe à la fin de l’année. Les travaux se poursuivent à Opéra en 2017 avec les ouvertures des commerces de l’îlot 1 et le dépôt du permis de construire de l’îlot 2 (2 271 000 €). Quant à l’aménagement de Massy-Europe, il se poursuit en 2017 avec le démarrage du chantier de la nouvelle gare et du passage sous voie reliant le quartier Atlantis au Centre Commercial –X% (957 000 €).

Enfance et éducation

Le dynamisme de la ville s’illustre par l’évolution des effectifs scolaires avec l’ouverture prévue de 13 nouvelles classes (6 en maternelle et 7 en élémentaire) à la rentrée prochaine. Et qui dit évolution des effectifs dit recrutement de personnel. Un exemple ? L’ouverture de 5 classes de maternelle en septembre 2016 a entraîné la création de 5 postes d’Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles ou ATSEM. Eh bien sachez que des créations supplémentaires sont prévues en septembre 2017. Le soutien au réseau d’aide spécialisé aux élèves en difficultés (RASED) sera quant à lui renforcé. Qu’ils soient en maternelle ou en élémentaire, tous ces élèves bénéficieront d’une augmentation de 9 % de la dotation scolaire des maternelles et des élémentaires qui sert, entre autres, aux achats de fournitures scolaires et périscolaires, aux photocopies, aux transports pour les sorties… Que dire de plus ? Que les classes environnement sont reconduites pour les élèves de CM2 (352 800 €), que 20 Tableaux Numériques Interactifs ou TNI seront installés (83 000 €) pour atteindre un taux d’équipement minimum de 80% pour chaque école…

Relance du Conseil Municipal des Enfants qui permet aux enfants de CM1 de s’engager de manière citoyenne en proposant des projets pour améliorer leur quotidien

Pour ce qui est des investissements, impossible de ne pas mentionner la création d’une école maternelle de 3 classes sur Gambetta (2.8 M€ sur 4.5 M€), l’achat de la coque de la maternelle des Petits Champs Ronds (1,1 M€ + 1.1 M€ de travaux cette année sur 3.4 M€),  ainsi que la poursuite de la construction du groupe scolaire Rosa Parks (6.5 M€ sur 8.5 M€).

Sport

Plusieurs chantiers de création d’équipements sportifs se poursuivront ou débuteront en 2017 dans un contexte où le taux d’occupation de nos équipements sportifs atteint son maximum. Preuve s’il en est que Massy est une ville sportive ! Parmi les opérations lancées courant 2016 citons l’aménagement du stade Ladoumègue (3 M € sur les 4.2 M €) et la construction d’une salle de bloc au complexe de la Poterne (1.4 M €). Et en 2017 ? Evoquons la régénération du sol du gymnase Moulin (70 000 €) ou encore des travaux sur les bassins de natation du COS (50 000 €) ainsi que des travaux d’optimisation énergétique (140 000 €). Le montant des dépenses de matériel, lui, est de 242 000 € et correspond à la volonté municipale de maintenir un bon niveau d’entretien des installations sportives et de garantir des conditions de sécurité et d’accueil satisfaisantes.

Jeunesse et cohésion sociale

Bièvre Poterne, Parvis de la Vendée, Lino Ventura ou bien encore Thomas Mazarik, la Ville continue à soutenir les espaces de proximité, poursuit le développement de chantiers éducatifs ou d’insertion, maintient la subvention au Centre Social APMV (264 000 €), dédie une enveloppe aux Etats-Généraux de la jeunesse (35 000 €) et finance des associations qui interviennent dans des domaines comme la laïcité, l’égalité homme-femme ou bien encore la prévention des addictions (160 000 €)

La ville poursuit les dispositifs d’aide pour les jeunes : « Pass Permis » (25 000 €),
des Petits Jobs (30 000 €), des séjours dans la cadre du contrat local d’accompagnement à la scolarité ou
CLAS (42 000 €), aide aux projets…