Pause militante avec

Laurent SAMUEL

– Haie magique –

Qui êtes-vous, monsieur Samuel ?

Planter des haies bocagères en ville pour soutenir la biodiversité et contribuer au bien-être des citadins. Aussi étrange que cela puisse vous paraître, cette profession de foi est celle d’un juriste fiscaliste.

Son nom : « Laurent Samuel ». Sa spécialisation : « Le droit bancaire. »

Étonnant non, de la part d’un homme dont les loisirs étaient plutôt consacrés aux vieux livres et à l’étude des religions antiques ? Et l’écologie dans tout cela ? Contrairement à Obélix et à la marmite du druide, Laurent n’est pas tombé dedans lorsqu’il était petit. Bien au contraire ! « Rien ne me prédisposait à cela ». Une personne va changer sa vie. Son nom ? Loan Gentaud. La rencontre avec le jeune homme, expert en sylviculture et titulaire d’un diplôme en aménagement urbain est de celles qui changent le cours d’une vie. De leurs discussions qu’on imagine volontiers durer toute la nuit naît une association – Haie Magique – qui s’attache en un premier temps à dresser un bilan de l’aménagement des espaces verts dans nos villes.

« Ces espaces verts n’ont aucune fonction si ce n’est celle de faire joli », déplore notre homme qui insiste sur le fait que « la nature en ville peut procurer toute une série de bénéfices » comme « lutter contre l’effet d’îlot de chaleur urbain, réguler le cycle de l’eau ou bien encore combattre la pollution. »

Sa solution : « De la nature non artificialisée mise en place et entretenue par les citoyens. » Plus facile à dire qu’à faire, comme le reconnaît Laurent qui concède « remettre en cause des façons de travailler, des modèles économiques ou bien encore des idées acquises sur la façon d’aménager les espaces verts urbains » mais travailler en bonne intelligence avec les collectivités territoriales comme l’illustre la manière qu’a l’association de monter un projet. « Tout se fait avec la validation des services techniques municipaux », précise-t-il. Notre homme le sait, « l’entretien des espaces verts est quelque chose de complexe. Il est donc inenvisageable pour une petite association de travailler seule dans son coin : il est nécessaire de s’inscrire dans un plan d’ensemble. Tous nos projets sont co-construits avec les collectivités territoriales. Je ne me considère pas comme un extrémiste pour la simple et bonne raison que je conçois que les aménagements que je défends ne peuvent se faire aujourd’hui qu’à la marge. Oui il faudrait plus de nature en ville (…) mais l’on se doit aussi d’être à l’écoute des citoyens. »

Et ces fameux citoyens qu’en pensent-ils ? Il faut se rendre à l’évidence, « de nombreuses personnes ne sont pas encore prêtes à avoir des pelouses un peu plus hautes, des haies qui ne soient pas taillées au cordeau », analyse-t-on chez Haie Magique. Mais comment faire évoluer les mentalités ? « En organisant des chantiers où ce sont les citoyens qui viennent planter telle ou telle essence, apprendre à reconnaître tel ou tel arbre… » Cette dimension participative, Laurent y tient énormément. « Nous ne plantons pas pour les gens mais avec les gens. Si nous voulons réintroduire une nature utile en ville nous souhaitons également donner aux citadins le moyen de se réapproprier leur environnement » De quoi faire évoluer les mentalités ? Si Laurent reconnaît que les lignes sont en train de bouger, il estime que le changement va certainement s’accélérer, dérèglements climatiques obligent ! « Chaque année, il y a un peu plus d’inondations, un peu plus de jours de canicule et – à moins de faire preuve d’un aveuglement coupable – nous allons bien être obligés de changer la manière dont on aménage les villes… sous peine qu’elles ne soient plus supportables ». D’où la plantation de haies bocagères, une formation végétale dense, composée d’arbres, d’arbustes et de plantes vivaces, qui constituent un écosystème équilibré et accueillant pour la biodiversité.

À Massy, depuis 2 ans, une trentaine d’espaces ont été ainsi renaturés, le long des routes, en pied d’immeubles, dans les résidences, les écoles, les centres de proximité… Près de 10 000 jeunes arbres et arbustes ont été plantés par les citoyens au cours de chantiers conviviaux organisés le week-end.

Bio Express

Nom : SAMUEL
Prénom : Laurent
1963 :
Naissance à Paris
1986 : DESS de Fiscalité appliquée
2003 : Arrivée à Massy (après 15 ans à Verrières-le-Buisson)
2013 : Création de l’association Haie-Magique
2015 : Lancement avec le service Agenda 21 et des associations massicoises du programme « Massy Durable »

Un chantier de Haie magique…