- clic clac -

Place aux Petits Champs-Ronds

250 élèves, 9 salles de classes, 2 cours de récréation, le tout sur 2119 m2 : voici Les Petits Champs-Ronds nouvelle version inaugurée le samedi 23 septembre en plein coeur du quartier Atlantis.

Lire la suite

Un investissement de 4,7 millions d’euros qui témoigne de la vitalité de notre ville mais aussi de l’intérêt qu’elle porte aux jeunes générations comme l’a souligné le premier maire-adjoint délégué à l’éducation, Nicolas Samsoen, pour qui « l’école c’est ce qu’il y a de plus important, c’est ce qui nous projette vers l’avenir, ce qui nous aide à construire celui de nos enfants ».

- fête des associations -

TOUT LE MONDE DIT I LOVE MASSY

« L’espérance, c’est sortir par un beau soleil et rentrer sous la pluie », aimait à dire Jules Renard.

Lire la suite

Un écrivain avec lequel personne n’a jugé bon de s’inscrire en faux en ce samedi 9 septembre. Que retenir de cette Fête des Associations ? Des rencontres, des éclats de rires salvateurs et quelques coups de parapluies qui n’ont pas réussi à entamer la bonne humeur des Massicois qui n’auraient raté cet évènement pour rien au monde. Pépin à la main et tote-bag « I Love Massy » au bras, vous avez fait de cette Fête des Associations 2017 un succès ! Merci !

- fête des associations -

TOUT LE MONDE DIT
I LOVE MASSY

« L’espérance, c’est sortir par un beau soleil et rentrer sous la pluie », aimait à dire Jules Renard.

Lire la suite

Un écrivain avec lequel personne n’a jugé bon de s’inscrire en faux en ce samedi 9 septembre. Que retenir de cette Fête des Associations ? Des rencontres, des éclats de rires salvateurs et quelques coups de parapluies qui n’ont pas réussi à entamer la bonne humeur des Massicois qui n’auraient raté cet évènement pour rien au monde. Pépin à la main et tote-bag « I Love Massy » au bras, vous avez fait de cette Fête des Associations 2017 un succès ! Merci !

- solidarité -

UN REPAS POUR NOTRE AVENIR

« Se réunir en grand nombre simultanément en de nombreux endroits de notre planète » pour « partager un repas afin de soutenir les paysans d’ici et d’ailleurs en s’alimentant uniquement avec des produits du terroir… »

Lire la suite

Voici résumée en quelques mots la philosophie de The Meal, un évènement international auquel ont participé quatre-vingt-onze villes de par le monde dont Massy, comme nous l’a expliqué le fondateur de l’association Massy Manger Bio (MMB), Serge Moronval, autour d’un repas préparé par l’Association des Familles et des Amis de l’Afrique de Massy (AFAAM) au kiosque de Villaine en ce samedi 23 septembre. Pour Jean-Marie – originaire du quartier – « ce repas solidaire est l’occasion de rencontrer des Massicois de tous horizons et d’échanger sur toutes sortes de sujets » comme ce projet d’agropastoralisme au Mali visant à redynamiser la culture de l’indigo auquel sera reversé un tiers des recettes générées par The Meal.

- innovation -

L’AVENIR EN ROUE LIBRE

Le Protobus était de retour sur le parvis de la gare SNCF ce lundi 18 septembre dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité pour présenter le projet EVAPS (Éco-mobilité par Véhicules Autonomes sur le territoire de Paris-Saclay).

Lire la suite

À son bord Khaoula Lassoued, ingénieure-chercheuse à Transdev, nous parle de son travail sur le transport partagé à l’image de navettes avec un trajet fixe de A à Z pouvant être commandées à distance. « Les véhicules autonomes sont équipés de différentes technologies mais fonctionnent tous de la même manière. Ces véhicules sont principalement équipés de radars qui peuvent détecter la position des obstacles en cartographiant l’environnement en 3D. Ils sont également équipés de capteurs ultrasons tout autour de la voiture ou encore d’une caméra frontale pour reconnaître les panneaux du code la route. » Et le conducteur dans tout cela ? Disparu ! Un logiciel fonctionne en temps réel, analyse et traite les données. « La voiture autonome est aujourd’hui une réalité même si ce n’est pas encore très développé, cela reste une technologie d’avenir ». Alors, prêts à vous laisser conduire ?

- développement durable -

MASSY S’ENGAGE POUR LE CLIMAT

« Changeons le système, pas le climat ! »

Lire la suite

Mercredi 20 septembre, Place de France, l’heure est à la mobilisation dans le cadre du « tour à vélo de l’énergie citoyenne » organisé par ALTERNATIBA du 16 septembre au 1er octobre. But de la manœuvre : mettre en lumière des alternatives concrètes à notre mode de consommation pour permettre à tout un chacun de lutter concrètement contre le changement climatique en cours via des « tables rondes, agoras citoyennes, parades cyclistes, banquets anti-gaspillage, concerts, ateliers, projections… » D’où la présence d’associations locales porteuses d’alternatives et soutenues par la municipalité telle la Recyclerie Sportive, les Amis de la Terre ou Les Incroyables Comestibles venues animer des ateliers et sensibiliser les passants à une autre façon de vivre lors de cette étape massicoise. C’est-à-dire ? « Adhérer à une AMAP, souscrire aux Fonds Énergies Renouvelables d’Enercoop et d’Énergie Partagée pour éviter que la transition énergétique soit le monopole des industries pétrolières »… ou bien encore privilégier les mobilités actives comme nous y encourage régulièrement notre Collectif Vélo – MDB, Soif de Bitume, La Recyclerie Sportive, Les Colibris de Massy-Palaiseau, Cyclophil et l’Agenda 21 de la ville – via, entre autres, ses vélorutions organisées chaque troisième samedi du mois.

- développement durable -

MASSY S’ENGAGE
POUR LE CLIMAT

« Changeons le système, pas le climat ! »

Lire la suite

Mercredi 20 septembre, Place de France, l’heure est à la mobilisation dans le cadre du « tour à vélo de l’énergie citoyenne » organisé par ALTERNATIBA du 16 septembre au 1er octobre. But de la manœuvre : mettre en lumière des alternatives concrètes à notre mode de consommation pour permettre à tout un chacun de lutter concrètement contre le changement climatique en cours via des « tables rondes, agoras citoyennes, parades cyclistes, banquets anti-gaspillage, concerts, ateliers, projections… » D’où la présence d’associations locales porteuses d’alternatives et soutenues par la municipalité telle la Recyclerie Sportive, les Amis de la Terre ou Les Incroyables Comestibles venues animer des ateliers et sensibiliser les passants à une autre façon de vivre lors de cette étape massicoise. C’est-à-dire ? « Adhérer à une AMAP, souscrire aux Fonds Énergies Renouvelables d’Enercoop et d’Énergie Partagée pour éviter que la transition énergétique soit le monopole des industries pétrolières »… ou bien encore privilégier les mobilités actives comme nous y encourage régulièrement notre Collectif Vélo – MDB, Soif de Bitume, La Recyclerie Sportive, Les Colibris de Massy-Palaiseau, Cyclophil et l’Agenda 21 de la ville – via, entre autres, ses vélorutions organisées chaque troisième samedi du mois.

- rugby -

BRUNO GHIRINGELLI SUR LE MONT-BLANC

« Il y a de tout dans le rugby », aimait à dire Louis Malle, « Une comédie humaine pleine de sensibilité, d'espérances et de déceptions, de rires et de larmes. »

Lire la suite

Des larmes, Bruno Ghiringelli – responsable formation et détection à l’École de rugby de Massy – en a versé quelques-unes après avoir planté le drapeau du RCME au sommet du Mont-Blanc. Pourquoi gravir le plus haut sommet des Alpes ? Si l’ancien compétiteur a souhaité mettre en avant les exigences communes qu’impliquent l’alpinisme et le rugby – « dépassement de soi, prises de risques mesurées… » – et faire parler du club, il a également fait en sorte que cette aventure humaine permette de récolter des fonds pour l’École de Rugby (EDR) du RCME. Comment ? En ayant recours au financement participatif via « sponsorise me ». De quoi lever 6 182 euros ! Bien plus qu’espéré ! Une somme dont un tiers a servi à financer cette ascension et dont les deux-tiers restants ont été reversés à l’EDR du RCME afin de financer, entre autres, l’achat de matériel pour des enfants âgés de 5 à 14 ans auxquels Bruno Ghiringelli – digne successeur de Jacques Balmat et Michel Paccard à qui l’on doit la première ascension du Mont-Blanc en 1786 – ne manquera pas d’inculquer que « nos seules limites sont celles que l’on se fixe ».

- rugby -

BRUNO GHIRINGELLI
SUR LE MONT-BLANC

« Il y a de tout dans le rugby », aimait à dire Louis Malle, « Une comédie humaine pleine de sensibilité, d'espérances et de déceptions, de rires et de larmes. »

Lire la suite

Des larmes, Bruno Ghiringelli – responsable formation et détection à l’École de rugby de Massy – en a versé quelques-unes après avoir planté le drapeau du RCME au sommet du Mont-Blanc. Pourquoi gravir le plus haut sommet des Alpes ? Si l’ancien compétiteur a souhaité mettre en avant les exigences communes qu’impliquent l’alpinisme et le rugby – « dépassement de soi, prises de risques mesurées… » – et faire parler du club, il a également fait en sorte que cette aventure humaine permette de récolter des fonds pour l’École de Rugby (EDR) du RCME. Comment ? En ayant recours au financement participatif via « sponsorise me ». De quoi lever 6 182 euros ! Bien plus qu’espéré ! Une somme dont un tiers a servi à financer cette ascension et dont les deux-tiers restants ont été reversés à l’EDR du RCME afin de financer, entre autres, l’achat de matériel pour des enfants âgés de 5 à 14 ans auxquels Bruno Ghiringelli – digne successeur de Jacques Balmat et Michel Paccard à qui l’on doit la première ascension du Mont-Blanc en 1786 – ne manquera pas d’inculquer que « nos seules limites sont celles que l’on se fixe ».