Félicitations !

En s’imposant à Aubenas le dimanche 12 mars sur le score de 11 à 19, les hommes de Didier Faugeron ont retrouvé la Pro D2. Une remontée qu’ils ont célébrée à domicile en battant Limoges 59 à 22.

Salon des artistes

JE CRÉE DONC JE SUIS

Que dire du Salon des Artistes ? Que la 20e édition de ce temps fort de la vie culturelle massicoise a su combler de joie les amateurs d’art. Difficile de contredire le « il y a plein de belles choses ici » prononcé par une Massicoise en goguette. De tableau en tableau, de sculpture en sculpture, difficile de savoir où donner de la tête.

Lire la suite

Le mieux étant encore de s’arrêter devant une œuvre et de discuter avec son auteur(e) toujours prêt(e) à expliciter sa démarche avec le Massicois à l’image d’Iris Vargas dont la Marianne rebaptisée « Le Grand Buste de Printemps » n’a laissé personne indifférent. Une Marianne symbolisant selon sa créatrice « l’abondance, la générosité, la vie, la liberté », bref « une belle œuvre pour Massy ». Une 20e édition parrainée - ou plutôt marrainée – par l’artiste peintre Claire Basler dont la présence a permis d’enrichir le dialogue entre artistes professionnels et amateurs. Des artistes amateurs qu’elle a tenu à remercier en expliquant ô combien il était difficile de poursuivre une quête artistique tout en ayant une activité en parallèle. Rendez vous l’année prochaine pour une 21e édition dont le thème sera « la ville » et plus précisément « Massy ». À vos pinceaux !

vivre ensemble

#TOUSUNIS
CONTRELAHAINE

La Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme s’est déroulée du 18 au 26 mars à l’échelle nationale. But de l’opération : encourager le vivre ensemble et rappeler que « le racisme, (...) ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang ». Une cause que Massy n’a pas manqué de soutenir lors d’une Anim’Rue judicieusement baptisée « Divers-Cité ». Au programme : performance graff avec PEST, ateliers pédagogiques ou créatifs portant entre autres sur les stéréotypes, atelier d’écriture, café philo... En ce 22 mars, le PIJ, Intermèdes Robinson, l’EPV, Soif de Bitume, les Médiathèques ou bien encore Paul B. ont répondu présent pour mettre le vivre ensemble à l’honneur.

Vous êtes victime d'un acte raciste, appelez le : 08 842 846 37
(numéro non surtaxé)

vie de quartier

TROC EN STOCK

Dimanche 12 mars, place de l’Union Européenne, l’heure est au troc de livres. Cet événement organisé le deuxième dimanche de chaque mois par l’association Vertifolies Initiatives Échanges (VIE) a pour vocation, selon sa présidente Françoise Boutron, de « créer du lien, de la convivialité, de travailler sur l’échange entre les habitants du quartier et au-delà dans une démarche participative et intergénérationnelle ».

Lire la suite

C’est ce même esprit qui préside à la neuvième édition des Vertifolies prévue pour le samedi 22 avril. Ce jour-là, tout sera basé sur l’échange de plantes, de graines, de semis et vous aurez l’insigne honneur d’assister à une exposition d’Objets Vertifous Non Identifiés (OVFNI). À savoir des objets divers et variés contenant une plantation qui continuera sa croissance bien après que le rideau ne soit retombé sur les Vertifolies. Un rendez-vous à ne rater sous aucun prétexte !

« Toute initiative d’association est bonne par défaut surtout lorsqu’elle permet de se rencontrer. »

Christian - Massicois

promenade

ILS ONT MARCHÉ
SUR COMPOSTELLE

Samedi 11 mars, une soixantaine de promeneurs a emprunté le chemin utilisé par les pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle sur la première étape entre Paris et Massy. Une « promenade » de 19 kilomètres organisée par l’Office de Tourisme de Massy et l’association Compostelle 2000.
www.compostelle2000.org
www.tourisme-massy.com

Jours de marche pour parcourir...

km jusqu'à Compostelle

journée internationale
des droits des femmes

PAROLES DE FEMMES

À Massy, la Journée Internationale des Droits des Femmes a duré une semaine ! Projections, spectacles, débats…
L’occasion pour nous de donner la parole à trois femmes engagées.

 

Lina El Arabi - Actrice

Lina El Arabi, vous avez 21 ans, la journée du 8 mars
a-t-elle encore un sens à vos yeux ?
Oui ! On a l’impression vu de France que les femmes ont moins de droits ailleurs. C’est une vue de l’esprit que l’on retrouve dans beaucoup de pays occidentaux. Et c’est pourquoi la journée du 8 mars est importante… à condition de se rappeler qu’il s’agit de la Journée Internationale des Droits des Femmes et non de la Journée de la Femme comme j’ai pu le lire de-ci de-là. C’est-à-dire une journée où l’on se rappelle que la femme a des droits…

Que dire alors de ces femmes qui rejettent le féminisme qu’elles associent parfois à quelque chose d’obsolète ?
Il n’y a rien qui m’énerve plus que d’entendre une femme dire qu’elle n’est pas féministe. Si même les femmes rejettent le féminisme… Peut-être est-ce parce qu’elles n’ont pas une idée très claire de ce qu’être féministe représente alors que c’est quelque chose de très concret : être féministe c’est demander l’égalité homme-femme. Et pour cela il faut prendre le problème à la racine, en expliquant aux filles et aux garçons qu’ils ont les mêmes droits. Et ce dès le plus jeune âge !

Les femmes obtiennent le droit de vote et l'éligibilité

Loi relative à l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes

Vote définitif de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse

Création d'un ministère des Droits de la femme

Nicole Crépeau

Présidente de l’association
Paroles de Femmes

Nicole Crépeau, quelle est la pertinence d’une Journée des Droits des Femmes en 2017 en France ?
Bien sûr que cela a un sens. N’oublions pas qu’en France, une femme n’a le droit de travailler sans l’autorisation de son mari que depuis 1965. Nous avons certes l’égalité en droit… mais encore faut-il que la loi s’applique !
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » Pensez-vous que cette citation de Simone de Beauvoir soit aujourd’hui encore d’actualité ?
Il faut rester vigilant ! Regardez la Pologne ! Il a fallu d’importantes manifestations pour faire reculer le gouvernement sur un projet de loi anti-avortement. Prenez la Russie, par exemple. Les députés ont voté un projet de loi qui allège les peines en cas de violences dans le cercle familial. On a l’impression, en tant que femme, que l’on doit être tout le temps sur le qui-vive.

Karen Chataîgner

Comédienne et humoriste

Karen Chataîgner, la Journée Internationale des Droits
des Femmes a-t-elle encore une raison d’être en 2017 ?

Malheureusement oui ! Parce que lorsque vous travaillez dans les entreprises en France lorsque l’on est Française on se rend compte qu’il y a, par exemple, une inégalité de salaire. Et qu’il existe des stéréotypes qui empêchent les femmes de faire, de dire ou d’agir parce qu’elles sont enfermées dans un système qui bloque la parole et l’action.

 

Lire la suite

Donc oui, la Journée Internationale des Droits des Femmes a du sens. Mais ce serait bien qu’elle n’existe plus. Ce serait bien qu’on la remplace par la journée de la peinture, par exemple. En attendant cela reste une journée de sensibilisation aux inégalités encore présentes et qui doivent être cassées.

natation en eau libre

DE MASSY
À ABOU DHABI

Saviez-vous qu’une épreuve de natation est qualifiée de marathon lorsqu’elle se déroule en milieu naturel et couvre une distance de 10 kilomètres ? C’est en tout cas à l’une des étapes de l’édition 2017 de la Coupe du Monde de marathon de nage en eau libre qu’ont participé deux licenciés de l’ES Massy Natation. Lila et Naim ont brillé à Abu Dhabi. La jeune femme et le jeune homme de 16 ans se sont respectivement classés 47e et 52e sur le 10 Km longue distance Femmes et le 10 Km longue distance Hommes.
www.esmassynatation.com

natation

JE NAGE, TU NAGES...
ILS NAGENT

Inscrite dans le socle commun, l’acquisition du savoir-nager est une priorité nationale. Mais que faire face à ces collégiens qui ne maîtrisent pas l’art de la natation ? C'est la question à laquelle a souhaité répondre la municipalité - via le service des sports - en mettant en place le « savoir nager ». Ce dispositif mis en place en octobre dernier s’adresse aux élèves de 6e identifiés par leur professeur d’EPS comme étant non nageurs. Des élèves auxquels l’on va proposer des cours gratuits les jeudis de 17h à 18h au COS pour leur permettre de rattraper leur retard. Fort de son succès, le savoir nager devrait évoluer pour accueillir encore plus de collégiens à la rentrée prochaine. Preuve qu’à Massy on ne laisse personne sur le bord du bassin.

mat’ les vacances

LES JOLIES COLONIES
DE VACANCES

Vous ne savez que faire du 24 juillet au 4 août ? Eh bien sachez que Vincent Bansaye, enseignant-chercheur à l’École polytechnique, - excusez du peu – vous propose de le rejoindre, lui et les membres de l’association PAESTEL, pour une colonie de vacances que nous qualifierons d’originale. Ce Massicois vous propose en effet de faire des maths ! Oui vous avez bien lu ! Des mathématiques ! Trente-cinq jeunes entre une Première et une Terminale S sélectionnés sur dossier vont donc avoir la chance de faire des mathématiques dans les Alpes 11 jours durant sous la houlette de 8 enseignants-chercheurs en mathématiques animés par le plaisir de partager les mathématiques avec de jeunes élèves. Un prérequis ? « Aimer les mathématiques » et « avoir un bon niveau » sans pour autant être le premier de sa classe. Au programme ? La matinée est consacrée aux mathématiques ! Et ici on n’hésite pas à aborder des notions allant jusqu’à Bac +3 voire Bac +4. Et l’après-midi ? « Comme nous sommes à la montagne ils font des choses moins sympathiques que les mathématiques… comme l’escalade ! » Et Vincent Bansaye de rire. Coût du séjour ? 50 euros. Qu’attendez-vous pour postuler ?
www.paestel.fr
matlesvacances@gmail.com

éducation

FUSTEL DE
COULANGES
EXCELLENT ÉLÈVE

Avec 94 % de réussite au bac, le lycée Fustel-de-Coulanges a été sacré meilleur lycée public de l’Essonne par le Parisien. Une nouvelle « accueillie en toute humilité » par la direction de l’établissement qui y voit une invitation à « poursuivre le travail » et « à accompagner les élèves dans leur diversité » pour garantir leur réussite. Vilgénis se classe quant à lui à la 7e place. Bravo à eux !

mode

FASHION WEEK

« Pourquoi la mode ? C’est quelque chose qui m’a pris depuis toute jeune et j’ai décidé de faire de ma passion mon métier »

Siobhan Langry

« Pourquoi la mode ? La femme ! L’embellir et la sublimer… sans l’emmitoufler comme il y a un ou deux siècles »

Félix Castebert