Quel mode d’accueil pour mon enfant jusqu’à son entrée en Maternelle ? C’est la question que se posent nombre de jeunes parents anxieux. Crèche collective ? Multi-accueil ? Crèche familiale ?

Lire la suite

Il y a celles et ceux qui ne jurent que par la crèche collective qui présente l’avantage de familiariser l’enfant avec la vie en groupe jusqu’à son entrée en Maternelle. Il y a celles et ceux qui lui préfèrent le cocon de la crèche familiale. « La demande est forte ! » nous confient Véronique Zeller Adjointe au Maire déléguée à la Petite Enfance et André Dujardin Conseiller Municipal délégué à la Petite Enfance. Comment répondre à cette demande ? « La ville ne ménage pas ses efforts puisqu'à la rentrée de septembre nous aurons dépassé les 700 places de crèches. » Des crèches dans lesquelles la Ville ne cesse d’investir comme l’illustre la rénovation de la crèche Ferry en 2018 et celle à venir de la crèche collective Opéra.

Une certitude, la Ville met tout en œuvre pour vous permettre de trouver une solution d’accueil pour votre enfant. C’est l’une des raisons qui a présidé à l’ouverture d’un Relais Assistants Maternels (RAM) à Villaine et à une réflexion concernant l’ouverture d’un second RAM sur Massy-Opéra. Le nombre d'assistantes maternelles indépendantes est d'ailleurs suffisant pour permettre aux  familles massicoises de trouver un mode d'accueil pour leur enfant.Autre certitude, et pas des moindres, à Massy l’on ne « garde » pas les enfants, on les accueille. Une différence de taille pour vos enfants qui vont bénéficier d’ateliers d’éveil, de musique, de psychomotricité… De quoi inciter la rédaction du M à pousser les portes de différentes structures d’accueil pour vous faire découvrir de l’intérieur des lieux et des personnes qui contribuent au bien-être et au développement de vos enfants.

La mission de la Direction Petite Enfance de la ville de Massy : mettre en œuvre la politique municipale à destination des Massicois âgés de 0 à 3 ans. La Direction Petite Enfance c’est une Directrice (Muriel Pineau), une Directrice-Adjointe (Jessica Sifflet), une Coordinatrice (Valérie Atlan), deux secrétaires (Françoise Goubert et Pauline Timon) ainsi qu’un Responsable de
la restauration (Christophe Carpe).

Deuxième étage de l’Hôtel de Ville, service Petite Enfance, nous retrouvons Françoise Goubert et Pauline Timon. « Nous sommes ici à l’accueil Petite Enfance où l’on se charge d’accueillir et de renseigner les familles qui font une demande de place en crèche. Si les dossiers de demande de place en crèche sont enregistrés au niveau du guichet unique de la Mairie, nous instruisons les dossiers de demandes avant leur présentation en commission d’attribution : nous contrôlons les dossiers, nous vérifions que les demandes soient bien complètes et conformes… Nous avons aussi un rôle d’accompagnement des directrices de crèche dans leur quotidien. Nous gérons, par exemple, la paie des assistantes maternelles des crèches familiales. » Et ce n’est pas tout ! « Nous assurons aussi le lien avec la CAF et le Conseil Départemental pour tout ce qui touche aux subventions. »

Lire la suite

Direction le bureau de Valérie Atlan en pleine préparation des commissions d’attribution du mois de mai. L’heure tourne ! Pour notre coordinatrice Petite Enfance, les courriels se suivent et ne se ressemblent pas. Il y a aussi les courriels de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) qui s’enquiert de la possibilité d’accueillir un enfant en urgence. Il y a bien sûr ces parents qui demandent un rendez-vous pour qu’on leur explique pourquoi la commission d’attribution n’a pas donné une suite favorable à leur demande. Au-delà des explications, l’équipe du service Petite Enfance a à cœur d’aider ces parents à trouver une solution pour leur enfant. Et pourquoi pas en les orientant vers le Relais Assistants Maternels de Villaine dont certains ne soupçonnent même pas l’existence. « Au-delà de tout cela, mon rôle consiste à accompagner nos 11 structures. » Cela implique de se rendre sur place une fois par mois pour faire un point avec les équipes et avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe dans chacune. « Nous travaillons main dans la main. » Ajoutez à cela le recrutement des agents Petite Enfance, les bilans financiers, les projets à développer…

« Au-delà de tout cela, mon rôle consiste à accompagner nos 11 structures. » Cela implique de se rendre sur place une fois par mois pour faire un point avec les équipes et avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe dans chaque structure. « Nous travaillons main dans la main. »

Valérie Atlan

Coordinatrice Petite-Enfance

Prenons la route direction la crèche Collective Vilmorin où nous retrouvons Christophe Carpe en train de compulser des fichiers Excel. « Notre but consiste à faire découvrir aux enfants toutes les saveurs possibles et imaginables grâce à des repas préparés chaque jour dans les établissements d’accueil. Les menus ? Ils sont élaborés dans le respect des recommandations du Plan National Nutrition Santé. Ils sont établis, au quotidien, par le cuisinier de chaque structure d’accueil en fonction des besoins des enfants en garantissant une qualité gustative et en proposant des textures adaptées (mixées, écrasées, en morceaux…). »

Lire la suite

Aujourd’hui, nos jeunes pensionnaires ont mangé une salade d’agrumes, des accras de poisson - « faits maison », un gratin de choux fleur et de patates douces, un Pont-L’Évêque et une pomme. Et au goûter ? Un fromage blanc et une poêlée d’ananas. « 80% des produits cuisinés sont des produits frais », souligne Christophe. Les pommes de terre ? « Bio ! » Les carottes ? « Bio ! » Les épinards ? « Bio ! » Les yaourts nature ? « Bio ! » Les pommes ? « Bio ! » N’en jetez plus… Que dire de plus ? À Massy, on ne plaisante pas avec l’hygiène. Le personnel - 34 agents techniques sur la ville - est bien évidemment formé et sensibilisé aux règles d’hygiène alimentaire. Le mot de la fin ? « Nos cuisiniers qui essaient toujours de trouver de nouvelles recettes s’éclatent ! » Et les parents ? « Ils aimeraient bien rester manger là », nous confie notre responsable de la restauration.

« 80% des produits cuisinés sont des produits frais. » Les pommes de terre ? « Bio ! » Les carottes ? « Bio ! » Les épinards ? « Bio ! » Les yaourts nature ? « Bio ! » Les pommes ? « Bio ! » N’en jetez plus…

Christophe Carpe

Responsable restauration crèche

La PMI est un service chargé de la protection médico-sociale des parents, et des enfants de moins de 6 ans :

Lire la suite

- Surveillance des femmes enceintes et des enfants ;
- Conseils aux parents et futurs parents ;
- Prévention et détection des handicaps ;
- Bilans de santé dans les écoles maternelles ;
- Dans les centres de PMI et de planification, vous pouvez rencontrer des médecins, des puéricultrices, des sages-femmes, des psychologues, des auxiliaires de puériculture et des conseillères conjugales. Toutes les prestations sont gratuites.

Il existe deux centres sur Massy :

Opéra / Villaine

Opéra
10 allée de Nantes
91300 Massy
01 69 81 73 60

Villaine
2 rue Édouard Herriot
91300 Massy
01 60 13 03 13

Qu’est-ce qu’un multi-accueil ? « C’est une structure collective - ouverte de 7h30 à 18h30 - qui propose un accueil régulier ou occasionnel où les enfants sont répartis dans des sections en fonction de leur âge », comme nous l’explique la Directrice de la structure Pascale Beuzit. De 2 mois et demi à 12 mois, direction le groupe des « Petits ». De 12 mois à 24 mois direction le groupe des « Moyens ». De 24 mois à 3 ans, direction le groupe des « Grands ». Suivez le guide.

8h30

Ibrahim pousse les portes de la structure située rue Jean-Baptiste Charcot. « Les enfants sont accueillis individuellement pour faciliter la transmission », comme le souligne la Directrice-Adjointe Carole Charbois. « Transmission » ? Oui, ces échanges du matin et du soir qui ont pour objectif d’assurer une continuité entre la maison et la structure et qui tournent le plus souvent autour de la santé ou du sommeil de l’enfant que l'on accueille. « Notre mission est de contribuer au bien-être et au développement de l'enfant qu'on nous confie », résume Carole Charbois. Accueillir l'enfant donc... mais pas seulement. « Les parents sont au cœur de notre projet. » « Vous êtes ici chez vous » aurait été tenté de dire feu Jacques Martin. « À raison » dirons-nous après avoir évoqué le sujet avec la Directrice de la structure. S’il n'est pas rare de croiser un parent qui profite de sa pause du midi pour rendre visite à son enfant « il arrive aussi parfois que les mamans qui allaitent viennent donner le sein dans la journée ».

9h30

Place « aux ateliers communs ». « Ces derniers ont lieu en moyenne une fois par semaine », comme nous l’explique Pascale Beuzit. « Charge aux équipes de mettre en place des activités auxquelles les bambins - tous âges confondus - participent selon leur bon vouloir. » En crèche, un tout petit doit pouvoir faire sa vie ! Il faut donc partager des activités avec lui ou le laisser jouer librement. Amandine Petit - auxiliaire de puériculture - se retrouve aux commandes d’un atelier ardoise auquel participent Arthur et Jade. Kiria Bentahar - Agent Petite Enfance - anime un atelier musique pour le plus grand plaisir de Gabin futur percussionniste. Cruz Hebrar et Jennifer Nortier - auxiliaires de puéricultrice -, elles, dansent La Capucine avec Mattéo et Eden dans le cadre d’un atelier motricité. Un bambin se lance dans une imitation de Taz le Diable de Tasmanie... sous le regard bienveillant de toutes celles et tous ceux qui font vivre la structure à l’image de Pauline Dujardin - Agent Petite Enfance - qui nous confie « avoir gardé une âme d’enfant ».

11h45

L’heure du repas a sonné. Le silence se fait. Après tout, on ne parle pas la bouche pleine ! Petite particularité de la structure où nous nous trouvons : elle est la seule à ne pas posséder sa propre cuisine. Les repas des petits Massicois sont donc préparés au multi-accueil Moreau et le transport assuré en liaison chaude. Entrée, plat, produit laitier et dessert, le repas est un temps d’apprentissage au même titre que les ateliers communs. N’est-ce pas, Madame la Directrice-Adjointe ? « C’est un moment d’apprentissage de la motricité fine mais aussi un moment d’éveil sensoriel durant lequel l’enfant découvre les saveurs, les goûts, les textures... » Et si certain(e)s utilisent leurs mains plutôt que la petite cuillère, n’y voyez rien d’inquiétant. C'est un passage obligatoire ! Salissant, certes, mais obligatoire !

« Pas facile de confier son enfant à quelqu’un notamment lorsqu’il n’a que deux mois et demi comme cela a été le cas avec Mama. L’équipe a toujours été là pour ma fille et a toujours su me rassurer même lorsque j’appelais tous les matins ou tous les après-midis pour prendre de ses nouvelles. Aujourd’hui, à chaque fois que je viens c’est un plaisir et à chaque fois que je pars je suis rassurée. Ma fille est entre de bonnes mains. »

GOGO

MAMAN DE MAMA (7 mois)

13h30

Quoi de neuf, docteur ? Aucune urgence, rassurez-vous ! Le jeudi est simplement le jour de visite de Christine Pichené. La mission de ce médecin territorial employée par la ville et calée en neurosciences ? Veiller à l’application des mesures préventives d’hygiène générale ou bien encore à l’intégration des enfants en situation de handicap ou présentant tout problème nécessitant une attention particulière ou la mise en place d’un projet d’accueil personnalisé... « J’ai un travail formidable qui demande d’être beaucoup à quatre pattes, de jouer, - d’ausculter de temps en temps - et de se poser les bonnes questions. L’enfant est-il à l’aise dans le groupe ? Est-il à l'aise pour jouer, pour manger, pour dormir ? Oui ? C’est très bien ! Il est en difficulté ? C’est parce qu’il fonctionne différemment des autres ! Il va donc falloir communiquer de façon alternative et c’est à nous de nous adapter à lui et pas l’inverse. Et c’est comme cela que les enfants grandissent avec l’estime de soi et qu’ils arrivent en maternelle en y ayant leur place. »

14h30

Christine Pichené, en train de faire sa ronde, n’est pas la seule professionnelle à intervenir de manière ponctuelle dans l'ensemble des structures municipales. Ici vous croiserez selon le jour de la semaine une psychologue - Annette Orphal, un psychomotricien - Fabrice Minatchy -, ou une musicienne - Johanna Reichel. Pour Carole Charbois, ces interventions en crèche sont « une véritable richesse ». Prenez la psychologue dont il est difficile de résumer le champ d’action en une phrase ! Elle peut, par exemple, observer une petite fille qui ne semble pas épanouie en crèche, rencontrer une maman qui se pose des questions sur le développement de son enfant, épauler un membre de l’équipe dans sa pratique professionnelle…

18h

Au 9 rue Jean-Baptiste Charcot, l'heure est aux au-revoir. Au revoir les enfants ? « Non ! » « Au revoir Maxence et Doudou », « Au revoir Mama », « Au revoir Nawel ». Pour Carole Charbois, « l’enfant a beau être accueilli dans un groupe, il n’en reste pas moins un individu avec son identité propre ». Et Nawel de conclure en souriant : « À demain ! ».

Qu’est-ce qu’une crèche familiale ? « C’est une structure municipale constituée d’une équipe d’assistantes maternelles agréées et employées par la Ville encadrées par une équipe pluridisciplinaire», comme nous l’explique sa Directrice Corinne Despontin. « Des assistantes maternelles dont le domicile constitue le prolongement de la crèche familiale Opéra », comme le souligne sa Directrice-Adjointe Isabelle Lalbat. Visite guidée !

9h15

« On retire la veste petit chat. » Alexandre pousse les portes de la crèche familiale située allée du Roussillon. Oui, les assistantes maternelles accueillent de un à trois enfants âgés de deux mois et demi à trois ans à leur domicile. Mais alors, que font-elles là en ce début de journée ? « Une à deux fois par semaine, elles emmènent les enfants qu’elles accueillent à la crèche pour rencontrer d'autres enfants et découvrir la vie de groupe », nous explique Corinne Despontin.

10h

L’heure est à la  découverte de la vie en collectivité. Ici, cela se fait de manière progressive lors d’ateliers d’éveil mis en place par une éducatrice de jeunes enfants. Ces derniers ont lieu le matin ou l’après-midi selon le jour de la semaine. Le mot d’ordre en termes d’activité ? « Le libre choix », nous souffle Corinne Despontin alors que « Petits » (2 mois et demi à 12 mois), « Moyens » (12 mois à 24 mois) et « Grands » (24 mois à 3 ans) évoluent en parfaite harmonie comme c’est déjà le cas au domicile de leur assistante maternelle. Les partisans de ce système défendent l’idée selon laquelle les relations entre les enfants s’en trouvent enrichies du fait de leurs différences de développement.

11h45

« Au revoir Alexandre ! » « Au revoir Zita ! » Eh oui, nos bambins ne prennent pas leur repas allée du Roussillon mais au domicile de l’assistante maternelle qui les accueille du lundi au vendredi selon des règles strictes. Prenez la diversification alimentaire ! « La diversification chez l’assistante maternelle va se faire après celle initiée chez les parents », nous explique Corinne Despontin. Prière également de privilégier les produits frais et les purées maison ! Évidemment, toutes savent que les enfants entre deux mois et demi et trois ans n’ont pas les mêmes besoins et que les quantités de chaque aliment vont donc évoluer avec l’âge et les besoins de l’enfant. Et pour ce qui est de la sieste ? « Les assistantes maternelles connaissent les habitudes d’endormissement des enfants dont elles ont la charge », précisent la Directrice et la Directrice-Adjointe de la crèche familiale Opéra. « Dort-il dans la pénombre ? À-t-il besoin de musique ou de sa tétine pour s’endormir ? » L’idée est d’adapter au mieux l’accueil en fonction des habitudes de l’enfant.

« Lorsque j’ai fait ma demande de place en crèche je n’avais pas une connaissance fine du fonctionnement d’une crèche familiale. Aujourd’hui je ne changerai pas de mode d’accueil. Et je peux même dire que je le recommande. »

CATHY

MAMAN DE ZITA (2 ans et demi)

13h45

« Je suis un p’tit cordonnier / Qui répare bien les souliers… / Donnez-moi ! / Vos chaussures ! / Je saurai les réparer. / Tape fort sur ce clou. / Tape fort sur ce clou. / Tape fort… là. » Place à un atelier d’éveil musical animé par Sylvie Nourrisson. Objectif : permettre aux enfants de découvrir le monde sonore dès le plus jeune âge. Ici, les enfants apprennent à s’exprimer par la musique qui a également un impact sur leur socialisation, leur concentration ou leurs possibilités d’expression. « À Massy, nous avons la chance d’avoir une équipe d’intervenants pluridisciplinaires au complet. Prenez Christine Pichené ! Combien de villes ont la chance d’avoir un médecin employé par la municipalité ? » La réponse à cette question purement rhétorique de Corinne Despontin : très peu ! « Idem pour ce qui est de la psychologue Audrey Prat, ou de la psychomotricienne Thithucuc N’Guyen, » Psychomotricienne ? Sa mission est d’observer les enfants dans leurs jeux, leurs interactions avec les autres enfants et les adultes, en prêtant particulièrement attention à leur développement psychomoteur selon cinq axes : la motricité globale, la motricité fine, la communication, le développement cognitif et affectif.

17h

« Au revoir les enfants ! » Direction avenue Nationale et plus précisément le domicile de Samira - assistante maternelle depuis bientôt seize ans - en compagnie de Corinne Despontin. « Leur domicile est, comme je vous le disais, le prolongement de la crèche familiale Opéra. D’où des visites régulières par l’équipe encadrante. » Directrice, Directrice-Adjointe, Infirmière Puéricultrice, Éducatrice de Jeunes Enfants, Psychologue, Psychomotricienne… toutes sont amenées à intervenir au domicile des assistantes maternelles agréées à leur demande. De quoi rassurer les parents… mais aussi les assistantes maternelles. Et pour ce qui est des visites inopinées, Corinne ? Ce n’est pas dans notre pratique. « Notre relation est basée sur la confiance ! » Rendre visite à Samira, c’est l’occasion de retrouver Zita aux prises avec un chat et un canard… enfin, une gommette chat et une gommette canard ! L’apprentissage de la motricité fine est un combat de chaque instant ! Fini les gommettes, place au dessin en compagnie de Luna bientôt 2 ans. Mais n’allez pas croire que Luna et Zita passent leur journée enfermées chez Samira. Le parc ? « Après le goûter ! » La médiathèque Jean Cocteau ? « Souvent ! » Le mot de la fin Zita ? « Chut ! » « À vos ordres mademoiselle ! »

Qu’est-ce qu’un relais assistants maternels ? C’est un lieu dont la mission consiste à soutenir et à informer les assistants maternels indépendants dans leur pratique quotidienne, à informer et à accompagner les familles quant aux divers modes d’accueil du jeune enfant et aux démarches parents /employeurs. Il a aussi vocation à être un lieu de socialisation et d’éveil pour les enfants accueillis par les assistants maternels du quartier. Tout un programme !

9h15

« Comment t’appelles-tu jeune fille ? » Au 22 allée Albert Thomas, Karine Lescot - responsable du RAM de Villaine - accueille les premières assistantes maternelles indépendantes et les jeunes enfants dont elles ont la charge. Une question qui reste sans réponse. Pas de quoi s’offusquer. Karine sait à quel point cela peut être compliqué pour un bambin d’arriver pour la première fois dans un lieu qu’il ne connaît pas - « le RAM » - où s’agitent des adultes qu’il n’a jamais vu. « Comme moi ! » Idem pour nos assistantes maternelles - « près de 400 sur l’ensemble de la ville » - qui poussent les portes d’un lieu qu’elles ne connaissent pas encore et dont elles ne maîtrisent pas forcément les codes.

10h10

Mais au fait Karine, pourquoi sont-elles là ? « Pour se rencontrer et échanger ! Ici, les assistantes maternelles indépendantes peuvent discuter de leurs pratiques, évoquer d’éventuelles difficultés si le besoin s’en fait sentir… Et cela me paraît essentiel ! C’est pour cela que j’aime l’idée de diversifier les rencontres et de les démultiplier. » Et pour ce qui est des enfants ? « Nous participons via des ateliers de jeu libre à leur socialisation et à leur éveil sous la responsabilité et la participation de leur assistante maternelle » à l’image de Muriel pour qui franchir les portes du RAM est devenu aussi naturel que de franchir celles de la piscine de Villaine ou de la médiathèque Hélène Oudoux.

11h05

« Le Relais Assistants Maternels est aussi un lieu d’information pour les parents », nous explique Karine Lescot. Il propose moult informations : « Nous les informons, les accompagnons et les orientons sur les démarches liées à l’emploi d’un assistant maternel (droits et devoirs, contrat de travail, formation du salarié…) mais aussi sur les lieux ressources destinés aux parents comme les médiathèques, les ludothèques mais aussi l'APMV voisine. »

« On ne peut que s’y sentir bien. »

MURIEL

ASSISTANTE MATERNELLE DE GABIN, LOUISE ET TOM

11h30

« Au revoir Gabin ! » « Au-revoir Louise ! » « Au revoir Tom ! » « Au revoir Muriel ! » Au 22 allée Albert Thomas, les rires d’enfants laissent place au silence. La journée est pourtant loin d’être terminée.

14h10

Place aux permanences téléphoniques. À quoi servent-elles, Karine ? À répondre aux questions des uns et des autres. Des questions qui tournent souvent autour de la rémunération de l’assistante maternelle. « Personne n’a envie de se tromper », résume Karine. « Personne n’a envie d’être lésé. » « Tout cela en faisant en sorte de préserver la relation de respect mutuel qui doit exister entre le professionnel et les parents. »

16h15

L’heure est aux rendez-vous ! Dans le bureau de Karine, « une professionnelle de la Petite Enfance qui se pose des questions sur le fonctionnement du RAM ». Rien qui n’aurait pu se résoudre au téléphone ? « C’est tout de même plus sympathique de se rencontrer, non ? »

17h05

C’est au tour d’un jeune couple de franchir les portes du RAM. Madame et Monsieur - un peu perdus - sont à la recherche d’un assistant maternel. Ni l’un, ni l’autre n’ont pensé un seul instant à consulter le site Internet de la Ville pour y télécharger la liste des professionnels de leur secteur. Aucun problème, Karine la leur transmet. Leur inquiétude ? Ne pas trouver de professionnelle à proximité de leur domicile. « Pourquoi n’élargiriez-vous pas votre recherche à un autre secteur ? Vous pourriez trouver une assistante maternelle sur le trajet que vous empruntez chaque jour pour vous rendre au travail. » Au moment de partir - avec un petit fasicule leur donnant des points de répère pour leur première rencontre avec une assistante maternelle -, le sourire est revenu sur leurs visages.