« L’art est fait pour troubler. La science rassure. » N’est-ce pas Georges Braque ? Pas sûr que Cheyma, Léa et Zaïnad partagent l’opinion de ce peintre et sculpteur du xxe siècle. La science, elle, n’est pas tant source de contentement que de stress pour ces jeunes filles scolarisées en troisième au collège Blaise Pascal de Massy. N’allez pas croire pour autant que la science leur donne de l’urticaire. Cela serait d’ailleurs un comble pour nos trois Massicoises qui avouent un penchant marqué pour les sciences et la science-fiction – un détail qui a son importance et sur lequel nous reviendrons – et qui, humilité oblige, hésitent à se ranger dans la catégorie des bonnes élèves. « Ce n’est pas à nous d’en juger » nous glisse Cheyma dont, à en croire ses camarades, les notes sont plutôt « satisfaisantes » et ce dans de nombreuses matières.

Suite de la rencontre

Difficile d’y voir une raison suffisante pour tirer le portrait de ces trois amies originaires du quartier Massy Opéra. Non, le plus intéressant avec ces drôles de dames relève de la science, voire de la science-fiction, et évoque certaines œuvres de Jules Verne ou de Georges Remi dit Hergé. Comment cela ? À défaut de pouvoir s’exclamer « On a marché sur la Lune » à l’image de Tintin et Cie, ces jeunes filles ont construit une fusée !

Du cosmodrome de Baïkonour à Massy, n’y aurait-il qu’un pas ? Restons modestes, à l’image de notre trio qui à défaut d’avoir mis un satellite sur orbite travaille d’arrache-pied depuis six mois à la création d’une mini-fusée – à savoir un véhicule d’environ un mètre à mi-chemin entre la microfusée et la fusée expérimentale – sous la tutelle de deux ingénieurs de Safran et de leurs professeurs de Technologie et de Sciences Physiques dans le cadre d’un concours international organisé par l’association Planète Sciences et le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (Gifas) et ce en répondant à un cahier des charges pour le moins rigoureux : des dimensions et des masses précises, un temps de vol compris entre 41 et 43 secondes, une altitude de 236 mètres à atteindre, un système de récupération avec 2 parachutes, et dans la fusée, un œuf frais, qui, à l’atterrissage, doit être intact. « Et c’est là tout le challenge », nous confie Léa. Pas de quoi leur tirer le portrait nous direz-vous ! Permettez-nous de nous inscrire en faux avec cette assertion d’autant plus que Cheyma, Léa et Zaïnad ont remporté la finale nationale du Rocketry Challenge qui s’est tenue à Biscarosse du 20 au 21 mai dernier. Cela vous laisse sans voix ? Elles aussi ! « C’est un résultat auquel on ne s’attendait pas du tout », commente Léa. « Même aujourd’hui l’on a du mal à se dire que l’on a gagné », surenchérit Cheyma qui concède avoir longuement hésité avant de s’engager dans un projet auquel elle a finalement consacré, tout comme ses camarades, énormément de son temps libre. Deux heures par semaine pour commencer, puis quatre heures par semaine ces derniers temps… sans compter le temps passé chez Léa ou à la médiathèque Jean Cocteau à discuter du projet dans ses moindres détails. « On aime ce que l’on fait ! » Difficile d’y trouver à redire. Gagner peut après tout se définir comme la science d’avoir tout préparé.

De la Terre à la Lune, comptez 384 400 kilomètres ! Rassurez-vous, ce n’est pas la distance qu’ont parcourue nos trois jeunes filles pour se rendre à la finale internationale du Rocketry Challenge. C’est au Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget (siae), les 22 et 23 juin, qu’elles se sont lancées dans un exposé scientifique en Anglais – excusez du peu – suivi du lancement de leur fusée baptisée Sheyléza. Face à elles, une équipe américaine, une équipe britannique et une équipe japonaise. « On n’a pas du tout la pression » plaisantait Léa la veille de la finale. Une finale qui a vu Cheyma, Léa et Zaïnad se classer troisièmes et monter sur le podium. Et cela, ce n’est pas de la science-fiction.

Mars 2017 : Unique séance de test à Villaroche
Mai 2017 : Finale nationale du Rocketry Challenge à Biscarosse
Juin 2017 : Finale internationale du Rocketry Challenge au Bourget