Interactive et immersive,
retrouvez ici une nouvelle façon de lire l’actu Massicoise !

Votre eMag de mars est en contruction !

Actualités

Contrat de plan
État-Région

C’est signé !

C’est Place du Grand Ouest que le Sénateur-Maire de Massy, Vincent Delahaye, a accueilli le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, le Ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, la Présidente du Conseil Régional, Valérie Pécresse et le Président du Conseil Départemental de l’Essonne, François Durovray, à l’occasion de la signature d’un avenant au contrat de plan État-Région 2015 – 2020 (Le CPER 2015-2020 pour l’Île-de-France représente désormais un montant d’investissements de l’État et de la Région de 7,4 milliards d’euros à la suite de la signature d’un avenant le 7 février 2017 à Massy.)

Street Workout battle tour

Samedi 18 février, Paul B, 16 heures, l’édition 2017 du Street Workout Battle Tour bat son plein. Pour une fois, les artistes qui montent sur la scène du centre Culturel Paul Bailliart ne sont pas des musiciens mais des dieux du callisthenics, l’autre nom du street workout. Dans la salle, un public d’amateurs. Des passionnés de ce sport de rue venus soutenir le champion local, Sangohan, mais aussi admirer le double champion du monde Daniels Laizans. Un Letton de 16 ans particulièrement impressionnant dont la présence ce samedi témoigne de la qualité de cette compétition organisée par l'association. Il faut dire que les membres de l’association qui s’intéresse au Street Workout depuis 4 ans n’ont pas ménagé leur peine pour vous offrir un spectacle d’anthologie. Quid du droit d’entrée ? Posons la question à Laurent Legrand d'Humanitaria : « ces 5 euros vont nous servir à organiser des maraudes solidaires sur Paris avec les jeunes de l’association très sensibles à ce genre d’action. »

SILENCE, ON JOUE !

Pousser les portes d’une médiathèque et entendre When The Saints Go Marching In live a un petit quelque chose de saugrenu… sauf pour qui a l’habitude de se rendre chez Jean Cocteau et Hélène Oudoux. Si Schubert, Mozart ou bien encore Beethoven se sont invités chez Jean en ce samedi 4 février, c’est à l’initiative des élèves du Conservatoire venus donner l’une de leurs traditionnelles auditions comme nous l’explique Michel, joueur de contrebasse et professeur animateur au Conservatoire. « Nous sommes tous les meilleurs musiciens du monde dans notre salle de bains », nous confie-t-il avec une certaine espièglerie avant d’ajouter que les choses se gâtent lorsqu’il s’agit de jouer devant un public. D’où ces « Heures Musicales » qui ont pour but de vérifier l’aptitude des élèves du Conservatoire en live ou hors les murs comme ce samedi où la qualité des interprétations de ces artistes en herbe en a bluffé plus d’un. Voir la page du Conservatoire

IL EST FRAIS MON POISSON

Jeudi 23 février, la vidange du bassin de Vilgénis touche à sa fin quatre jours après l’ouverture des vannes. Pourquoi une telle opération ? C’est la question que nous avons posée à Louis Marant ingénieur territorial au SIAVB (Syndicat Intercommunal pour l’Assainissement de la Vallée de la Bièvre). De quoi découvrir que cette vidange permettra de créer des zones humides en lieu et place des fonds des bassins. Des opérations qui se sont achevées par une pêche de sauvetage à laquelle ont participé une vingtaine d’élèves inscrits en bac pro gestion des milieux naturels et de la faune à l’école Tecomah de Jouy-en-Josas. Une opération pour le moins délicate qui a consisté à extraire des poissons pris au piège à l’occasion de la vidange de ce bassin. Ces poissons, voués à une mort certaine s’ils ne sont pas déplacés, ont donc fait l’objet d’un transport vers un site de Corbeil-Essonnes.

cultures urbaines

DANSEZ 

SupréMassy a fait danser Paul B le samedi 21 janvier de 13 h 30 à 18 h 30 !

L’association qui fête ses 10 ans d’existence cette année a organisé son premier Spice Jam. C’est-à-dire ? « Un moment où l’on met du son pour les danseurs amateurs ou professionnels », dixit Tristan Vitton coordinateur de l’association qu’il a co-crée en 2007. Et qui dit première session, dit invités prestigieux. DJ Cleon, DJ Stofkry et Pest ont assuré en passant, non pas du Dave, mais de la funk, du rap des années 90, de la soul… Une après-midi 100 % vinyle basée sur le partage et dont le succès auprès des puristes comme des novices devrait en appeler d’autres. Alors surveillez bien le site Internet de l’association pour ne pas rater le prochain « jam épicé » de SupréMassy. www.supremassy.com

« Saletés de boules carrées ! »

Participer à un tournoi de pétanque à boules carrées – même organisé par notre Recyclerie Sportive – a un petit quelque chose de frustrant. Et ce ne sont pas nos boulistes amateurs qui nous contrediront ! Lancer des cubes en bois de 9 à 10 centimètres de côté en espérant se rapprocher le plus possible du cochonnet relève de la folie. Surtout lorsque l’on a la prétention de se mesurer au champion du monde, Georges Igor, venu remettre son titre en jeu. L’occasion de lui poser la question suivante : « Quelles qualités faut-il pour jouer aux boules carrées ? » « Un petit peu de chance et une certaine concentration. »

www.recyclerie-sportive.org

Citoyenneté

PASSEPORT POUR MASSY

Vendredi 10 février, les jeunes de la Dream Team Massy Academy voient leur pass'sport citoyen tamponné par le Sénateur-Maire, Vincent Delahaye, à la suite d’une réunion de sensibilisation à la citoyenneté. L’occasion d’aborder des questions diverses et variées comme celle consistant à savoir qui prend les décisions dans une mairie et de quoi sont constituées les recettes d’une ville. Cette démarche, Ahmed Ghazi, président du club, nous l’explique en citant l’article L 100-1 du Code du sport qui veut que les activités physiques et sportives constituent un élément important de l'éducation, de la culture, de l'intégration et de la vie sociale. Quant à nos jeunes Massicois, ils vont poursuivre leur tournée des institutions publiques et sportives. Prochaines étapes ? Le Stade de France, le Tribunal de Grande Instance et le Sénat. Une bien belle initiative.

forum vélo et emploi

La vélorution du 21 janvier - une déambulation dans les rues de Massy avec des vélos à structure de bambou montrant l’espace occupé par une voiture – vous a interpellé ? La projection cyclable du 24 janvier – un documentaire de Fredrik Gerten – vous a fait réfléchir sur vos modes de déplacement ? Les initiatives du Collectif Massy Vélo se suivent et ne se ressemblent pas. Prenez le Forum Emploi et Vélo du 18 février dernier ! Mieux se Déplacer à Bicyclette, les Colibris, Cyclophil, Soif de Bitume, la Recyclerie Sportive et l’Agenda 21 ont permis aux Essonniens de découvrir des métiers ayant pour point commun de se pratiquer à vélo qu’il s’agisse de celui de facteur, de coursier, de déménageur ou bien encore d’éducateur en mobilité et pourquoi pas de créer des vocations. collectif_velo_massy@framalistes.org

développement durable

LA MAIN VERTE

Jeudi 2 février, collège Gérard Philippe, alors que la plupart des collégiens évacuent leur trop plein d’énergie dans la cour de récréation, une vingtaine d’élèves s’affairent dans la classe de SVT (Sciences de la Vie et de la terre) de M. Robert. Tous font partie du Club Développement Durable de l’établissement qui se réunit les jeudis de 12 heures à 13 heures autour de divers ateliers. Alors que certains recyclent des objets du quotidien ou du papier, d’autres réalisent des affiches pour sensibiliser leurs camarades au gaspillage alimentaire. Véritables ambassadeurs du développement durable, ces collégiens prêchent la bonne parole auprès des autres élèves mais aussi du personnel enseignant : on leur doit d’ailleurs la mise en place au sein du collège du tri du papier dans chaque salle de cours. Cet engouement pour le recyclage, Milan et Ethan n’ont aucun mal à nous l’expliquer. Pour eux, ce procédé de traitement des déchets est « bon pour la planète ». Et c’est la raison pour laquelle les deux amis entendent bien poursuivre l’aventure jusqu’à la fin de leur scolarité à Gérard Philippe et pourquoi pas au-delà, car comme le disait si justement l’anthropologue américaine Margaret Mead : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis puisse changer le monde. En réalité c’est toujours ce qui s’est passé ». À méditer.

8e meeting national

de l'ES Massy Natation

LA MER À VOIR

Les vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 février n’ont pas été de tout repos pour les amateurs de natation. Et pour cause, c’est à ces dates que s’est tenu le 8e meeting national de l'ES Massy Natation constituant la deuxième étape du Swim Tour – un regroupement de Meetings nationaux – dont la réputation n’est plus à faire.

L’occasion pour le public de voir des nageuses et nageurs de hauts niveaux telle Sharon Van Rouwendaal – championne Olympique du 10 km aux JO 2016 ou bien encore Charlotte Bonnet – finaliste aux JO 2016 en Individuelle. L’occasion aussi de croiser l’inénarrable Philippe Lucas, Entraîneur National Eau Libre ayant travaillé avec Amaury Leveaux et Laure Manaudou.
Et côté massicois ? Saluons les performances d'Eliot Rakotondramanga qui établit 5 nouveaux records, d'Ilona Maille qui réalise de très belles performances chronométriques notamment sur 400NL, de Lila Langlais, de Chloé Rodrigues, de Mateo Fourny ou bien encore de Baptiste Léger. L'avenir de la natation s'écrit à Massy !

C’est un meeting qui a de la valeur, où il y a de très bons nageurs (...) C’est important à cette période de l’année de faire un petit peu le point en compétition et il s’est avéré que ce meeting – dont le programme est adapté – nous convenait très bien.

Philippe Lucas

Entraîneur

Le Massy Essonne Handball sacré

meilleure équipe de l’Essonne

Le MEHB a commencé l’année en beauté ! Les hommes de Benjamin Braux ont été élus meilleure équipe de l’Essonne 2016 par Le Républicain de l’Essonne. Félicitations !

Dossier :

Notre jeunesse massicoise

Quel est le point commun entre Babacar, Imane, Jean-François, Julienne, Mathieu et Youssef ? Tous sont Massicois. Mais encore ? Tous ont bénéficié de l’aide de la ville pour mener à bien leurs projets et avoir prouvé – pour citer Ambrose Pierce – que la jeunesse est l’âge du possible !

Portrait

Julienne

"Je trouve intéressant que la ville nous demande notre avis sur sa politique jeunesse"

Ne vous demandez pas ce que Massy peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour Massy.

Difficile de ne pas penser au discours inaugural de J.F.K. après avoir rencontré Julienne… quitte à détourner quelque peu les propos tenus par le 35e président des États-Unis en janvier 1961. À 21 ans, Julienne s’apprête à participer à la construction de la politique jeunesse de la ville lors des États-Généraux qui se tiendront le 20 mai au Centre Culturel Paul B. « Je trouve intéressant que la ville nous demande notre avis sur sa politique jeunesse plutôt que de prendre des décisions nous concernant sans nous consulter. » Si la jeune femme s’y intéresse, c’est parce qu’elle a bénéfi cié de nombreux dispositifs mis en place par la ville à l’attention des jeunes. Julienne ne tarit pas d’éloges sur l’Espace Jeunesse. Ce lieu dédié à l'information des jeunes sur la santé, la scolarité, l'orientation, la formation et l'emploi a été un point d’étape important sur sa trajectoire professionnelle. Besoin d’aide pour trouver un job d’été ? Direction le Point Information Jeunesse (PIJ). Besoin d’aide pour passer son permis de conduire ? Là encore, direction le PIJ où elle découvre le Pass' Permis. En contrepartie, Julienne a donné 30 heures de son temps au profit d’une association massicoise. Son choix s’est porté sur les Amis de La Citadine. Moralité ? Aide-toi et ta ville t’aidera.

La ville a mis en place plusieurs dispositifs liés à l’orientation, aux métiers, aux formations, aux jobs d’été ainsi qu’aux stages. Citons des soirées/forum de l’orientation (rencontre entre jeunes et professionnels et/ou étudiants en cours de formation), une aide à la rédaction de CV et lettre de Motivation, Journée jobs d’été 17/25 ans chaque année…

Portrait

Mathieu

À 20 ans, Mathieu passe ses journées à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles (ENSAV). La conclusion logique d’une scolarité que ce Massicois a effectué en grande partie à l’école Steiner. C’est lors de ses jeunes années qu'il se découvre une passion pour l’architecture. Les ateliers de modelage ou bien encore de sculpture éveillent son intérêt « pour le travail manuel, la conception, la création » comme en témoigne son projet de fin de cycle. Un projet d’envergure qui va prendre une forme inattendue. Mathieu se lance dans la création d’un fauteuil, se rapproche d’une école de restauration d’œuvres d’art - Les Temps d'Art- et d’un menuisier - José Décobert -, réalise qu’il n’a pas l’argent pour financer l’achat du bois nécessaire à la réalisation de son chef-d’œuvre, et se tourne alors vers le Point Information Jeunesse de sa ville. Il va alors bénéficier d’un coup de pouce financier via l’aide aux projets. Sa contrepartie ? Des cours de modelage à destination des seniors. « Cela aurait été compliqué de réaliser mes projets sans l’aide de la ville », reconnaît-il. Mathieu a en tout cas trouvé sa voie. Ce sera l’architecture. « C’est une discipline où l’on retrouve le plus ce genre de méthode de travail qui lie l’intellect et le manuel. Et comme c’est vraiment ce qui me convenait j’ai décidé de continuer dans cette voie. ».
Et Mathieu de s’y épanouir, de partir à Shanghai avec 4 de ses camarades pour représenter l’ENSAV à un concours international auquel participent 59 autres écoles pour le moins prestigieuses à l’image d’Harvard. Leur objectif ? Proposer un concept innovant autour d’une maison en polypropylène. Les nuits blanches s’enchaînent et les efforts de nos frenchies portent leurs fruits : Mathieu et ses camarades remportent le troisième prix. L’aide aux projets, notre jeune talent y a pris goût : « j’ai créé une fanfare à l’ENSAV et je me demande si le PIJ ne pourrait pas m’aider à trouver des actions à mener ». Sachant que Mathieu a 10 ans d’école de musique et de conservatoire derrière lui, qu‘il joue de la flûte et du saxophone, cela ne devrait pas être bien difficile.


"Cela aurait été compliqué de réaliser mes projets sans l'aide de la ville."

Avec Clic'études@Massy, la ville prête un ordinateur portable aux Massicois
de 18 à 25 ans en formation supérieure ou professionnelle.

Portrait

Youssef

À 18 ans, Youssef est un touche à tout. Difficile de trouver un sport auquel le jeune homme ne se soit pas essayé. « J’ai pour habitude de donner le meilleur de moi-même », nous confie ce jeune Massicois originaire du Square de la Poterne. Youssef n’a après tout pas à rougir de son parcours scolaire couronné de succès. Il a obtenu son Bac S. Son père l’aurait bien vu devenir médecin. Youssef, lui, choisit une autre voie. « Le sport, c’est toute ma vie » nous explique l'étudiant en STAPS.

Lire la suite

L'année 2014 marque à ce titre un tournant dans sa vie… Cette année là, la ville de Massy inaugure son premier parc de Street Workout non loin de l’Espace de proximité que Youssef a fréquenté durant toute son adolescence. La ville qui a financé cet équipement vient de faire le plus beau cadeau qui soit au jeune homme. Et s’il décide de s’y mettre « pour rigoler », il tombe vite amoureux de cette discipline qui lui permet de repousser ses limites physiques. À l’époque, il lui arrive de s’entraîner jusqu’à quatre heures par jour. Sa rencontre avec des membres de la team ALL BARS change la donne. Youssef comprend qu’il a du potentiel et qu’il existe des compétitions auxquelles il est tout à fait à même de participer. Direction Sevran où il réalise une prouesse en terminant deuxième à l’épreuve de tractions. « C’est à ce moment-là que je me rends compte que je suis loin d’être mauvais. » Résultat ? Youssef enchaîne les compétitions et amasse moult récompenses. Citons parmi ses faits d’armes une première place lors de la compétition « No Joke For King » et deux premières places lors du « Pull & Push » où il se retrouve confronté aux meilleurs de la discipline. Une discipline qu’il adore parce qu’elle lui permet de progresser dans tous les sports… C’est peut-être un détail pour vous mais cela veut dire beaucoup pour notre étudiant en STAPS qui ne vit que pour le sport et qui en s’entraînant une à deux heures par jour sauf les week-ends semble avoir trouvé sa voie.

Les espaces de proximité sont des lieux d’animation, d’accueil,  l’accompagnement social et de services de proximité ouverts à tous les publics au cœur des quartiers. Vous y retrouverez également des aides à l'insertion, à la recherche d'emploi, des informations et un accompagnement pour vos projets individuels ou collectifs et des activités en direction des différentes tranches d’âge (enfants, jeunesse, famille, seniors).

La billetterie M’TICKET permet d’obtenir jusqu’à -50 % sur spectacles, manifestations sportives… (sous conditions/sauf parc d’attractions) en constituant un groupe de 3 à 6 jeunes Massicois âgés de 13 à 25 ans.

"Je vais passer mon BAFA avec l'aide de la ville."

« On a plus perdu, quand on a perdu sa passion que quand on s’est perdu dans sa passion. » (Sören Kierkegaard). Jean-François, lui, n’a jamais perdu sa passion de vue. Le jeune homme de 18 ans est un passionné de danse ! Une activité qu’il pratique depuis ses années collège passées à Blaise Pascal. Pendant que ses amis fréquentent l’Espace de Proximité du Parvis de la Vendée, Jean-François suit des cours auprès de SupréMassy, une association qui met en place des actions autour de la culture Hip-Hop et qui va jouer un rôle déterminant dans sa vie. Et Jean-François d’évoquer les cours de Hip-Hop dispensés par Khriss, ceux de Break dispensés par Tonio et les conseils de Tristan. C’est ce dernier qui l’alerte sur l’existence du Pass’ Permis. Un coup de pouce financier en échange duquel il va donner 30 heures de son temps à une association. Laquelle ? SupréMassy, pardi ! « Une expérience passionnante » qui lui permet de découvrir l’envers du décor. « Diriger une association représente beaucoup de travail », nous explique-t-il en évoquant sa participation à la Fête des Associations de 2016 - où il s'est occupé de l'accueil du public et des inscriptions - et au Spice Jam de 2017. Fréquenter le Point Information Jeunesse (PIJ) donne des idées à notre danseur. « Je vais passer mon BAFA avec l’aide de la ville ». Et l’avenir ? Notre étudiant en Droit compte bien devenir gardien de la paix, un métier qui le passionne depuis son stage d’observation de troisième effectué au commissariat de Massy. Un passionné !

L'espace jeunesse met en place deux stages BAFA, 1re partie générale ou théorique par an, destinés aux 17/25 ans. Elle participe financièrement à hauteur de 50 %. La sélection se fait sur CV, lettre de motivation et entretien collectif.
Le Pass'Permis est un dispositif qui permet aux jeunes Massicois de disposer d’une aide financière de 500 € (directement versée à l’une des auto-écoles partenaires) afin d’obtenir leur permis de conduire. Ils s’engagent, en contrepartie, à donner 30 heures de leur temps au profit d’une association massicoise. Ce dispositif est réservé aux jeunes âgés de 18 ans à 25 ans. L’inscription au permis B et un code acquis sont obligatoires pour assurer le financement. Les jeunes sont sélectionnés sur dossier à partir de leur motivation en lien avec un projet personnel ou professionnel et sur la qualité du bénévolat proposé.

Portrait

Jean-François

Portrait

Babacar

"Tout le monde a déjà dessiné dans sa vie, c'est juste que moi je n'ai jamais arrêté."

S’il fallait trouver un point commun à son enfance au Sénégal et à son adolescence en France, Babacar évoquerait sans doute le dessin. Une passion ! Aussi loin qu’il s’en souvienne, le jeune homme de 19 ans a toujours pratiqué son art : « Tout le monde a déjà dessiné dans sa vie, c’est juste que moi je n’ai jamais arrêté… » Voilà qui est dit ! Le dessin, il l’a appris seul. En primaire, il croque des personnages de dessins animés et se mesure à son meilleur ami. Les deux compères profitent du moindre moment de temps libre pour se mesurer l’un à l’autre. Son obsession ? Progresser ! Encore et toujours ! Se reposer sur ses acquis ? Vous n’y pensez pas ! Le jeune garçon s’essaie au dessin réaliste. « J’ai certes commencé par le manga mais je ne voulais pas que le manga me suive tout au long de ma vie. » Alors Babacar dessine. Encore et toujours ! Lorsqu’il ne dessine pas, l’adolescent qui vit avec son père à Émile Zola fréquente assidûment l’Espace de Proximité Thomas Mazarik dont il garde un souvenir ému. Les sorties organisées par les animateurs, les tournois de tennis de table… et toujours le dessin dont il envisage de faire son métier à plusieurs reprises. Mais dessinateur de talent ne rime pas avec rêveur à plein-temps. « C’est très dur de vivre de son art » nous confie le jeune homme qui a opté pour une année sabbatique après avoir raté de peu un Bac Pro Marchandisage Visuel qu’il compte bien repasser en candidat libre… Son rêve ? « Exposer. » Un rêve sur le point de se concrétiser grâce à l’aide de la ville et plus particulièrement d’un dispositif jeunesse de la commune. Son nom ? L’aide aux projets. C’est grâce à ce dispositif que Babacar va pouvoir financer sa première exposition – dans une galerie parisienne – et pourquoi pas percer dans le milieu. En contrepartie, notre artiste en herbe a donné des cours de dessin à Thomas Mazarik au mois de février. « Cette aide aux projets, c’est la plus grande aide qui m’ait été apportée et j’en suis vraiment reconnaissant à la ville parce qu’une aide financière c’est justement ce qui me manquait. » Son avenir ? « J’ai pensé à tenter les Beaux-Arts ou à entrer dans une école de graphisme en alternance » et pourquoi pas devenir un artiste reconnu grâce à un coup de pouce qu’il n’est pas près d’oublier.

L'aide aux projets est un coup de pouce allant de 200 € à 400 € pour vous permettre de réaliser vos envies ou vos projets en contrepartie d’un geste utile pour la commune, les associations massicoises ou ses habitants. Elle peut également prendre la forme d’une aide financière pouvant atteindre 1500 € pour mettre en place un projet d’entraide à caractère culturel, sportif, scientifique, humanitaire, social ou environnemental avec l’organisation d’un retour sur cette expérience à destination des Massicois.

À 16 ans, Imane illustre à merveille cette citation de Michel de Montaigne. Sa scolarité à Descartes et à Blaise Pascal ? RAS ! Si ce n’est qu’elle lui permet d’intégrer le lycée Marie Curie à Sceaux en spécialité Bachibac. Cette formation permet aux élèves de passer en Terminale un examen unique, afin d’obtenir le diplôme français du Baccalauréat général et le diplôme espagnol du Bachillerato. Imane serait-elle une bonne élève ? « Oui, plutôt » concède-t-elle un brin gênée par la question. De quoi s’étonner lorsque la jeune fille qui dit avoir « grandi avec les Espaces de Proximité » nous explique suivre depuis deux ans des cours de soutien scolaire dispensés par la ville. Pourquoi un tel acharnement ? « Je me dis que je me lève pour quelque chose, que je vais renforcer mes points forts et travailler sur mes points faibles. » Un exemple concret ? « Aux dernières vacances nous avons commencé un cours auquel je n’avais pas compris grand-chose. Résultat, ce stage de soutien scolaire m’a permis d’être à l’aise avec le sujet et d’obtenir une bonne note au devoir surveillé. » Le PIJ ? « Oui je l’ai fréquenté notamment à l’ époque où je cherchais un job d'été. Ils m’ ont aidé à rédiger mes lettres de motivation, montré des exemples de CV, des endroits où aller pour postuler ». L’aide aux projets ? « Cela m’a permis de financer mon abonnement annuel pour ma carte Navigo ». Imane le reconnaît : « il y a beaucoup de choses à Massy qui sont faites pour les jeunes. »

L'aide aux projets est un coup de pouce allant de 200 € à 400 € …

Lire la suite

pour vous permettre de réaliser vos envies ou vos projets en contrepartie d’un geste utile pour la commune, les associations massicoises ou ses habitants. Elle peut également prendre la forme d’une aide financière pouvant atteindre 1500 € pour mettre en place un projet d’entraide à caractère culturel, sportif, scientifique, humanitaire, social ou environnemental avec l’organisation d’un retour sur cette expérience à destination des Massicois.

Portrait

Imane

"Mieux vaut une tête bien faite qu'une tête bien pleine."

Rencontre

« LA CITADINE, JE NE LA LÂCHERAI JAMAIS, J’Y SUIS TROP ATTACHÉ. »

Lire le portrait

« L’associatif c’est toute ma vie ».
Tenter d’égrener la liste des associations au sein desquelles a œuvré Hassen Bramli s’apparente à une tâche ardue voire interminable. De cet engagement d’une vie, nous ne dévoilerons que les grandes lignes. La pudeur de cet enfant de Tunis est aussi prégnante que son désir d’aider son prochain et sa crainte de l’ennui que Julien Green assimilait à l’un des visages de la mort. À ce monument de la littérature du XXe siècle, Hassen préfère Hugo. Un auteur qui a bercé son enfance et son adolescence. Francophile, Hassen ? C’est peu dire ! « J’ai parlé Français avant de parler Arabe », nous confie-t-il en souriant avant d’évoquer l’année 1962, date à laquelle il quitte son pays natal pour faire ses études de médecine en France.

Le voilà désormais Cachanais. Persuadé que l’ennui est le plus dangereux ennemi de notre être, Hassen rejoint le comité étudiant chargé des animations au sein duquel il crée un ciné-club et un laboratoire de développement photographique… Notre homme qui a créé la section tennis de table au sein de la fédération de Tunis un an avant son départ pour la France n’en est pas à son coup d’essai. C’est à cette époque qu'il découvre la kinésithérapie, une spécialité paramédicale qui n’a pas encore franchi la Méditerranée et dont il compte bien faire la promotion dans son pays une fois son diplôme en poche. Difficile pour Hassen de ne pas s’étendre sur ses activités annexes au sein du comité étudiant chargé des animations. Et pour cause ! C’est au mariage de l’un de ses camarades, le 30 novembre 1963, qu’il rencontre sa future épouse. « La sœur de la mariée ! »

Au revoir Cachan ! Bonjour Saint-Cloud ! Et la kinésithérapie ? Si certains de ses camarades décrochent le diplôme d’État, Hassen, lui, doit se contenter d’un certificat d’aptitude. Notre homme n’a tout simplement pas la nationalité française. La vie est ainsi faite. « Obtenir la nationalité française par intérêt ? Il n’en était pas question ! » Vexé, l’enfant de Tunis se promet de ne la demander que le jour où il n’en aura plus besoin. Résultat ? Il suit des formations complémentaires, devient enseignant en kinésithérapie et adhère à diverses associations.

Wissous, Arcueil, Fresnes, Hassen et son épouse parcourent l’Île-de-France avant de s’installer à Massy au tournant du XXIe siècle. Fan de modélisme, il gonfle les rangs du Massy Modèles Club dont il devient vice-président puis président en l’espace de quatre ans. « Nous nous sommes régalés », nous explique-t-il tout sourire, « Nous avons organisé des événements extraordinaires » comme pour le cinquantenaire du France où ils réalisent un modèle au 1/100e et pour le centenaire du Titanic où ils se surpassent en réalisant un modèle au 1/50e. C’est pourtant à cette époque qu’il quitte le navire. « Je sentais que j’avais tout donné et qu’il me fallait passer à autre chose. » Hassen rejoint alors le Conseil de Quartier de Villaine.

Si Hassen pense en avoir fini avec la vie associative – vie qu’il a découvert à 19 ans en rejoignant la SPA de Tunis - la vie associative, elle, n’en a pas fini avec lui. C’est ce qu’illustre son engagement au sein des Amis de la Citadine qu’il rejoint comme trésorier « pour rendre service » et dont il prend les rênes à la suite du décès de son président. « C'est une fine équipe dont les membres rendent énormément de services aux pensionnaires de cet EHPAD qu’ils cherchent à occuper le plus possible et le mieux possible en créant des animations ». Et quelles animations ! Hassen et la fine équipe des Amis de la Citadine ont réussi à organiser un récital de musique lyrique à l’Auditorium de l’Opéra au mois de février. Sur scène, une amie de la famille, Amélie – Mezzo-soprane diplômée de l’Université des Arts de Berlin – qu’Hassen a vu naître et grandir et qui met gracieusement son talent à sa disposition. À ses côtés, Loïc – « le fils d’une amie croisée dans une association » – qui accepte lui aussi de venir gratuitement. Résultat ? Un spectacle d’une grande qualité donné le 11 février dernier devant une centaine de personnes. Son dernier tour de force avant de voguer vers de nouveaux horizons ? Certainement pas ! « La Citadine je ne la lâcherai jamais. J’y suis trop attaché. »

HASSEN BRAMLI

1941 Naissance en Tunisie
1962 Arrivée en France à Cachan
1963 Rencontre sa future épouse
2009 Acquisition de la nationalité française
2016 Devient président des Amis de la Citadine

Un jour avec la Proximité

Un problème de collecte des déchets, un lampadaire qui ne fonctionne pas, un nid de poule qui se creuse sur la chaussée, un véhicule épave ou ventouse… Qui contacter ? Le Service Proximité ! Un service en compagnie duquel nous avons passé notre vendredi 17 février.

8h45

Vendredi 17  février, 8 h 45, le jour s’est levé. Les agents du Service Proximité sont dans les starting-blocks ! Dring ! Dring ! Dring ! Le téléphone ne cesse de sonner. Difficile de ne pas sourire tant la scène nous fait penser au Téléfon de Nino Ferrer… à un détail près. Ici point de Gaston ! À sa place : Anne, Daniela, Fanny et Heïdi. Et quand « y a l'téléfon qui son », Anne, Daniela, Fanny et Heïdi, elles, y répondent. Mais au fait, pourquoi les appelle-t-on ? Pour des problématiques nombreuses et variées ! Des déchets abandonnés ? Des tags ? Le téléphone sonne ! Un nid-de-poule sur la voie publique ? Le téléphone sonne de nouveau ! Dire que le Service Proximité est constamment sollicité est un euphémisme. Pas étonnant lorsque l’on sait qu’il assure le lien entre les Massicois et les services. Prenez la Place Langlois et sa barrière levante automatique bloquée à mi-hauteur. Aussitôt repérée, aussitôt signalée, aussitôt traitée !

10h

Vendredi 17 février, 10 h 00, le problème Place Langlois – une urgence – est résolu. Pour ce qui est des conteneurs à ordures ménagères à remplacer allée du Béarn, la balle est désormais dans le camp du Service Déchets. À Massy, proximité rime avec réactivité.

10h30

Vendredi 17 février, 10 h 30, la douce sonnerie du téléphone laisse place au silence. L’occasion pour l’équipe du Service de Proximité de souffler ? Pas vraiment ! N’allez pas croire que nos Drôles de Dames ne font que répondre au téléphone. Les signalements arrivent par des canaux divers et variés dont le 01 60 13 30 00 n’est qu’un exemple. Si certains Massicois ont pris l’habitude de se déplacer ou d’adresser un courrier ou bien encore un courriel au service, d’autres préfèrent opter pour le signalement en ligne via le site de la ville ou l’application mobile 100 % gratuite et disponible sur tous les stores. Deux modes de signalement que le Service proximité vous conseille de privilégier. L’heure est aussi au suivi des dossiers les plus complexes comme celui concernant les nuisances provoquées par des travaux Route de Palaiseau.

13h25

Vendredi 17 février, 13 h 25, le Service Proximité reçoit un énième courriel… au contenu pour le moins agréable. « Bonjour, je vous informe que les nouveaux lampadaires ont été installés et fonctionnent depuis le 15 février 2017. C'est parfait, enfin le parking du square du Berry est éclairé !!!!!, car je ne vous cache pas que lorsque je rentre de mon sport à 22 h 30, il n'y avait aucune visibilité sur le parking et je n'étais pas rassurée. J'ai croisé d'autres locataires qui m'ont indiqué que c'était très bien ces nouveaux lampadaires. Les gens se sentent un peu plus en sécurité. Je remercie tous les acteurs de ce projet qui ont fait que ma demande a été traitée. Je suis à Massy depuis 24 ans et ne compte pas en partir et je constate que la mairie fait beaucoup de choses pour améliorer la sécurité dans la ville. » Un moment sympathique pour Heïdi.

14h30

Vendredi 17 février, 14 h 30, direction Rue de Rome pour une promenade urbaine en compagnie d’Anne. Rien à voir avec un parcours de santé. Anne en profite d’ailleurs pour transmettre des signalements à Heïdi et Daniela via Massy en Poche.

15h40

Vendredi 17 février, 15 h 40, au revoir Rue de Rome ! Bonjour Avenue du Général de Gaulle ! Au Service Proximité le téléphone sonne ! L’éclairage autour du Lac de la Blanchette est hors-service ! Voilà le Service concerné prévenu. Autre signalement ? Des potelets descellés en centre-ville ! Un coup de fil plus tard et voilà que la voirie express les a récupérés et mis en sécurité en attendant de les sceller à nouveau. Sans oublier ce problème de luminosité dû à une haie à tailler !

18h15

Vendredi 17 février, 18 h 15, la journée est loin d’être terminée. Eh oui, le service participe à la coordination des Conseil de Quartier. L’heure est également aux confidences : si la Mairie fait tout ce qu’elle peut pour améliorer le cadre de vie des Massicois et répondre à leurs nombreuses requêtes, il est évident qu’elle ne peut mener ce combat sans l’aide des citoyens. D’où l’importance de la campagne « Massy, Ma Ville propre » : l’amélioration de notre cadre de vie est après tout l’affaire de tous.

Playlist

Retrouvez mois après mois les coups de cœur des acteurs culturels de la ville

- Lecture -

par Solen Coléou - Médiathèques de Massy

FEMME À L'HONNEUR

Entre ici et ailleurs (BD de la jeune auteure Vanyda), nous fait découvrir le quotidien de Coralie, jeune femme de 28 ans, qui doit réapprendre à vivre seule, après 8 ans de vie commune avec Régis. Nous partageons ses doutes, sa peur d’être seule mais aussi ses joies de jeune femme de nouveau indépendante. Comme les précédentes BD de Vanyda, tout est délicatesse et justesse, que ce soit dans le dessin ou le propos. De nouveau elle a su capter avec beaucoup de réalisme le quotidien sans fanfare d’une jeune femme des années 2010.

- Opéra -

par Alexandra Iarca - Orchestre de l'Opéra

Concerto pour piano n° 2 de Frédéric Chopin

Sur ce disque paru en 1989 chez Deutsche
Grammophon, la pianiste Martha Argerich interprète des oeuvres de Frédéric Chopin, dont le superbe Concerto pour piano n° 2, avec le National Symphony Orchestra, sous la direction de Mstislav Rostropovich. Ce concerto n° 2 de Chopin sera joué, avec l'Orchestre de l'Opéra de Massy, sous la baguette de Dominique Rouits, par le pianiste indonésien Ronald Noerjadi (gagnant du prestigieux Prix Cortot en 2016), au mois de mars 2017. Rendez-vous le vendredi 3 mars 2017 à 20 h 30 au Théâtre de Yerres, et le dimanche 12 mars 2017 à 16 h 00 au Théâtre de Longjumeau, pour les concerts "Beethoven absolu".

- Musique -

par Rémi Lerner - Conservatoire de Massy

A. Ottensamer et N. Radulovic jouant Csardas

- Musique -

par François Beaudenom - Paul B

Pour ce mois-ci on conseille d’écouter le deuxième album de la chanteuse québécoise Klô Pelgag.
L’album s’appelle « L’étoile thoracique ».

- Opéra -

par Mickael Lunel - Opéra de Massy

Vous avez manqué Werther, l'opéra de Massenet, fin février ? Le spectacle présenté à Massy et coproduit
avec l'Opéra de Metz est visible sur CultureBox ! L'histoire est simple : Werther et Charlotte tombent follement amoureux. Charlotte déjà engagée, refoule ses sentiments et Werther ne le supportera pas...


"Werther" de Massenet à l'Opéra de Metz