Félicitations !

En s’imposant à Aubenas le dimanche 12 mars sur le score de 11 à 19, les hommes de Didier Faugeron ont retrouvé la Pro D2. Une remontée qu’ils ont célébrée à domicile en battant Limoges 59 à 22.

Salon des artistes

JE CRÉE DONC JE SUIS

Que dire du Salon des Artistes ? Que la 20e édition de ce temps fort de la vie culturelle massicoise a su combler de joie les amateurs d’art. Difficile de contredire le « il y a plein de belles choses ici » prononcé par une Massicoise en goguette. De tableau en tableau, de sculpture en sculpture, difficile de savoir où donner de la tête.

Lire la suite

Le mieux étant encore de s’arrêter devant une œuvre et de discuter avec son auteur(e) toujours prêt(e) à expliciter sa démarche avec le Massicois à l’image d’Iris Vargas dont la Marianne rebaptisée « Le Grand Buste de Printemps » n’a laissé personne indifférent. Une Marianne symbolisant selon sa créatrice « l’abondance, la générosité, la vie, la liberté », bref « une belle œuvre pour Massy ». Une 20e édition parrainée - ou plutôt marrainée – par l’artiste peintre Claire Basler dont la présence a permis d’enrichir le dialogue entre artistes professionnels et amateurs. Des artistes amateurs qu’elle a tenu à remercier en expliquant ô combien il était difficile de poursuivre une quête artistique tout en ayant une activité en parallèle. Rendez vous l’année prochaine pour une 21e édition dont le thème sera « la ville » et plus précisément « Massy ». À vos pinceaux !

vivre ensemble

#TOUSUNIS
CONTRELAHAINE

La Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme s’est déroulée du 18 au 26 mars à l’échelle nationale. But de l’opération : encourager le vivre ensemble et rappeler que « le racisme, (...) ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang ». Une cause que Massy n’a pas manqué de soutenir lors d’une Anim’Rue judicieusement baptisée « Divers-Cité ». Au programme : performance graff avec PEST, ateliers pédagogiques ou créatifs portant entre autres sur les stéréotypes, atelier d’écriture, café philo... En ce 22 mars, le PIJ, Intermèdes Robinson, l’EPV, Soif de Bitume, les Médiathèques ou bien encore Paul B. ont répondu présent pour mettre le vivre ensemble à l’honneur.

Vous êtes victime d'un acte raciste, appelez le : 08 842 846 37
(numéro non surtaxé)

vie de quartier

TROC EN STOCK

Dimanche 12 mars, place de l’Union Européenne, l’heure est au troc de livres. Cet événement organisé le deuxième dimanche de chaque mois par l’association Vertifolies Initiatives Échanges (VIE) a pour vocation, selon sa présidente Françoise Boutron, de « créer du lien, de la convivialité, de travailler sur l’échange entre les habitants du quartier et au-delà dans une démarche participative et intergénérationnelle ».

Lire la suite

C’est ce même esprit qui préside à la neuvième édition des Vertifolies prévue pour le samedi 22 avril. Ce jour-là, tout sera basé sur l’échange de plantes, de graines, de semis et vous aurez l’insigne honneur d’assister à une exposition d’Objets Vertifous Non Identifiés (OVFNI). À savoir des objets divers et variés contenant une plantation qui continuera sa croissance bien après que le rideau ne soit retombé sur les Vertifolies. Un rendez-vous à ne rater sous aucun prétexte !

« Toute initiative d’association est bonne par défaut surtout lorsqu’elle permet de se rencontrer. »

Christian - Massicois

promenade

ILS ONT MARCHÉ
SUR COMPOSTELLE

Samedi 11 mars, une soixantaine de promeneurs a emprunté le chemin utilisé par les pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle sur la première étape entre Paris et Massy. Une « promenade » de 19 kilomètres organisée par l’Office de Tourisme de Massy et l’association Compostelle 2000.
www.compostelle2000.org
www.tourisme-massy.com

Jours de marche pour parcourir...

km jusqu'à Compostelle

journée internationale
des droits des femmes

PAROLES DE FEMMES

À Massy, la Journée Internationale des Droits des Femmes a duré une semaine ! Projections, spectacles, débats…
L’occasion pour nous de donner la parole à trois femmes engagées.

 

Lina El Arabi - Actrice

Lina El Arabi, vous avez 21 ans, la journée du 8 mars
a-t-elle encore un sens à vos yeux ?
Oui ! On a l’impression vu de France que les femmes ont moins de droits ailleurs. C’est une vue de l’esprit que l’on retrouve dans beaucoup de pays occidentaux. Et c’est pourquoi la journée du 8 mars est importante… à condition de se rappeler qu’il s’agit de la Journée Internationale des Droits des Femmes et non de la Journée de la Femme comme j’ai pu le lire de-ci de-là. C’est-à-dire une journée où l’on se rappelle que la femme a des droits…

Que dire alors de ces femmes qui rejettent le féminisme qu’elles associent parfois à quelque chose d’obsolète ?
Il n’y a rien qui m’énerve plus que d’entendre une femme dire qu’elle n’est pas féministe. Si même les femmes rejettent le féminisme… Peut-être est-ce parce qu’elles n’ont pas une idée très claire de ce qu’être féministe représente alors que c’est quelque chose de très concret : être féministe c’est demander l’égalité homme-femme. Et pour cela il faut prendre le problème à la racine, en expliquant aux filles et aux garçons qu’ils ont les mêmes droits. Et ce dès le plus jeune âge !

Les femmes obtiennent le droit de vote et l'éligibilité

Loi relative à l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes

Vote définitif de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse

Création d'un ministère des Droits de la femme

Nicole Crépeau

Présidente de l’association
Paroles de Femmes

Nicole Crépeau, quelle est la pertinence d’une Journée des Droits des Femmes en 2017 en France ?
Bien sûr que cela a un sens. N’oublions pas qu’en France, une femme n’a le droit de travailler sans l’autorisation de son mari que depuis 1965. Nous avons certes l’égalité en droit… mais encore faut-il que la loi s’applique !
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » Pensez-vous que cette citation de Simone de Beauvoir soit aujourd’hui encore d’actualité ?
Il faut rester vigilant ! Regardez la Pologne ! Il a fallu d’importantes manifestations pour faire reculer le gouvernement sur un projet de loi anti-avortement. Prenez la Russie, par exemple. Les députés ont voté un projet de loi qui allège les peines en cas de violences dans le cercle familial. On a l’impression, en tant que femme, que l’on doit être tout le temps sur le qui-vive.

Karen Chataîgner

Comédienne et humoriste

Karen Chataîgner, la Journée Internationale des Droits
des Femmes a-t-elle encore une raison d’être en 2017 ?

Malheureusement oui ! Parce que lorsque vous travaillez dans les entreprises en France lorsque l’on est Française on se rend compte qu’il y a, par exemple, une inégalité de salaire. Et qu’il existe des stéréotypes qui empêchent les femmes de faire, de dire ou d’agir parce qu’elles sont enfermées dans un système qui bloque la parole et l’action.

 

Lire la suite

Donc oui, la Journée Internationale des Droits des Femmes a du sens. Mais ce serait bien qu’elle n’existe plus. Ce serait bien qu’on la remplace par la journée de la peinture, par exemple. En attendant cela reste une journée de sensibilisation aux inégalités encore présentes et qui doivent être cassées.

natation en eau libre

DE MASSY
À ABOU DHABI

Saviez-vous qu’une épreuve de natation est qualifiée de marathon lorsqu’elle se déroule en milieu naturel et couvre une distance de 10 kilomètres ? C’est en tout cas à l’une des étapes de l’édition 2017 de la Coupe du Monde de marathon de nage en eau libre qu’ont participé deux licenciés de l’ES Massy Natation. Lila et Naim ont brillé à Abu Dhabi. La jeune femme et le jeune homme de 16 ans se sont respectivement classés 47e et 52e sur le 10 Km longue distance Femmes et le 10 Km longue distance Hommes.
www.esmassynatation.com

natation

JE NAGE, TU NAGES...
ILS NAGENT

Inscrite dans le socle commun, l’acquisition du savoir-nager est une priorité nationale. Mais que faire face à ces collégiens qui ne maîtrisent pas l’art de la natation ? C'est la question à laquelle a souhaité répondre la municipalité - via le service des sports - en mettant en place le « savoir nager ». Ce dispositif mis en place en octobre dernier s’adresse aux élèves de 6e identifiés par leur professeur d’EPS comme étant non nageurs. Des élèves auxquels l’on va proposer des cours gratuits les jeudis de 17h à 18h au COS pour leur permettre de rattraper leur retard. Fort de son succès, le savoir nager devrait évoluer pour accueillir encore plus de collégiens à la rentrée prochaine. Preuve qu’à Massy on ne laisse personne sur le bord du bassin.

mat’ les vacances

LES JOLIES COLONIES
DE VACANCES

Vous ne savez que faire du 24 juillet au 4 août ? Eh bien sachez que Vincent Bansaye, enseignant-chercheur à l’École polytechnique, - excusez du peu – vous propose de le rejoindre, lui et les membres de l’association PAESTEL, pour une colonie de vacances que nous qualifierons d’originale. Ce Massicois vous propose en effet de faire des maths ! Oui vous avez bien lu ! Des mathématiques ! Trente-cinq jeunes entre une Première et une Terminale S sélectionnés sur dossier vont donc avoir la chance de faire des mathématiques dans les Alpes 11 jours durant sous la houlette de 8 enseignants-chercheurs en mathématiques animés par le plaisir de partager les mathématiques avec de jeunes élèves. Un prérequis ? « Aimer les mathématiques » et « avoir un bon niveau » sans pour autant être le premier de sa classe. Au programme ? La matinée est consacrée aux mathématiques ! Et ici on n’hésite pas à aborder des notions allant jusqu’à Bac +3 voire Bac +4. Et l’après-midi ? « Comme nous sommes à la montagne ils font des choses moins sympathiques que les mathématiques… comme l’escalade ! » Et Vincent Bansaye de rire. Coût du séjour ? 50 euros. Qu’attendez-vous pour postuler ?
www.paestel.fr
matlesvacances@gmail.com

éducation

FUSTEL DE
COULANGES
EXCELLENT ÉLÈVE

Avec 94 % de réussite au bac, le lycée Fustel-de-Coulanges a été sacré meilleur lycée public de l’Essonne par le Parisien. Une nouvelle « accueillie en toute humilité » par la direction de l’établissement qui y voit une invitation à « poursuivre le travail » et « à accompagner les élèves dans leur diversité » pour garantir leur réussite. Vilgénis se classe quant à lui à la 7e place. Bravo à eux !

mode

FASHION WEEK

« Pourquoi la mode ? C’est quelque chose qui m’a pris depuis toute jeune et j’ai décidé de faire de ma passion mon métier »

Siobhan Langry

« Pourquoi la mode ? La femme ! L’embellir et la sublimer… sans l’emmitoufler comme il y a un ou deux siècles »

Félix Castebert

Renforcer l’attractivité du quartier en s’appuyant sur ses atouts exceptionnels, améliorer le cadre de vie de ses habitants, assurer le parcours résidentiel en diversifiant l’offre d’habitat et en permettant le développement de commerces et services, Massy-Opéra fait sa mue. De la réhabilitation de Bourgogne-Languedoc – projet de longue haleine ayant permis de diversifier les logements et de créer une crèche familiale – à l’arrivée de la ligne 18 du Grand Paris Express – une opportunité pour Massy –, le quartier de Massy-Opéra dans lequel la ville n’a cessé d’investir ces dernières années révèle jour après jour son potentiel, le regard résolument tourné vers l’avenir.

Les Franciades

Flâner

Le plus grand centre commercial d’Europe au moment de son inauguration dans les années soixante accusait le poids des ans ! Il était donc urgent de reconstituer un cœur de ville animé et modernisé avec des logements, des équipements, des commerces, des services… Comment ? En créant de nouveaux îlots intégrant des commerces en rez-de-chaussée et des logements en étage donnant sur un lieu de vie et de convivialité inauguré en septembre 2016 – la Place de France – en lieu et place d’un parking ! Pourquoi ne pas s’y s’arrêter pour discuter entre amis assis sur un banc avant de vous diriger vers la médiathèque Jean Cocteau ou l’Opéra ? Et demain ? Demain vous évoluerez sur un parvis rénové, emprunterez l’allée Joséphine Baker ou l’allée George Sand à la découverte d’une offre commerciale renouvelée et profiterez d’un CinéMassy réhabilité. Bref, d’un nouveau cœur de ville conforme à vos attentes.

Les commerces, parlons-en ! Une partie des locaux est destinée aux commerçants des Franciades qui souhaitent poursuivre leur activité ; une autre partie permettra l’installation de nouvelles enseignes. Vous souhaitiez une offre diversifiée ? La ville vous a entendu ! Le futur propriétaire unique de ces locaux, SODES, s’est engagé sur la diversité de l’offre commerciale afin de répondre à vos attentes et de renforcer l’attractivité du quartier. L’alimentaire devrait représenter plus du tiers des enseignes, le reste des activités se répartira entre équipement de la personne, services et santé beauté.

Les Franciades : des logements en accession à la propriété avec des commerces en RDC.

« En dehors des tracas occasionnés par les travaux on peut effectivement dire que ces projets sont une chance pour Massy-Opéra et pour la ville dans sa globalité.  Je valide ! (Sandrine, habitante du quartier)»

 

Impossible de ne pas souligner la richesse du quartier en matière d'équipements sportifs et culturels dont bénéficient l'ensemble des Massicois.

Avec le Centre Omnisports Pierre de Coubertion ce sont des dizaines d'activités sportives qui vous tendent les bras.

Vous êtes attachés à CinéMassy ? Eh bien sachez que votre quartier va bénéficier d’un CinéMassy réhabilité ! Objectifs ? Améliorer l’accueil du public (accessibilité aux personnes à mobilité réduite) et le confort des salles (fauteuils, murs, moquettes…) via une rénovation totale de la salle 1, une rénovation partielle de la salle 3, du hall d’entrée… Une cure de jouvence qui nécessitera la fermeture de l'établissement le temps des travaux soit de janvier à septembre 2018. Un peu de patience, la réouverture de CinéMassy aura lieu fin 2018.

CinéMassy, ses rencontres, ses débats...

Pôle Médical
Massy-Opéra

Soigner

Le Pôle Médical Massy Opéra va s’agrandir d’ici à 2019 ! La création d’un pôle logistique à droite des Urgences de l’Hôpital Jacques Cartier et la création d’un immeuble de plus de 5 500 m2 du côté du COS contribueront au rayonnement de la ville en matière de questions de santé. Les cours de tennis et le boulodrome impactés par les travaux seront relocalisés dans le parc des sports.

« La phase de travaux est une phase difficile mais je pense que cela va dans le bon sens, que la création de nouvelles structures va contribuer à dynamiser et moderniser le quartier ainsi qu’à améliorer son image à l’extérieur.»

Christophe, habitant du quartier

De l’EPV
à l’Ilôt République

Habiter

L’ancien site de l’EPV accueillera quant à lui une trentaine de logements en accession à la propriété d’ici à l’automne 2019. L’îlot République, c’est son nom, accueillera des activités commerciales ou des services en rez-de-chaussé. Les membres du Conseil de Quartier ont été associés au choix du promoteur. Les travaux débuteront au 1er trimestre 2018 et entraîneront la suppression provisoire du stationnement sur le parking du nouvel îlot. Sachez que toutes les places seront de nouveau accessibles dès la fin des travaux et que les nouveaux logements, eux, seront dôtés de parkings souterrains.

De l’EPV à l’ESPACE
de PROXIMITÉ OPÉRA

Échanger

Décembre 2016, c’est une page de l’histoire du quartier qui se tourne avec la démolition de l’espace de proximité du Parvis de la Vendée (EPV). Ses activités, elles, se poursuivent hors les murs en attendant la livraison d’une nouvelle structure dans le prolongement de la Maison de la Formation et de l’Emploi (MFE) en septembre 2018. Vous aimiez l’EPV ? Vous adorerez l’espace de proximité Opéra. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il ne se fera pas sans vous ! La direction du futur équipement souhaite en effet co-construire son projet d’établissement avec les Massicois ! Vous – oui, vous ! – êtes donc invités à réfléchir aux actions à mettre en place d’ici à 2018. Si les travaux entraîneront la suppression définitive de 40 places de parking et l’abattage de 5 arbres, les emprises de chantier, elles, seront limitées au strict nécessaire afin de minimiser les incidences sur l’espace public.

Du Gymnase Camus
à l’Ilôt Camus

Cultiver

Comment remplacer le gymnase Camus détruit en 2012? Si plusieurs projets ont été envisagés, l'heure de la décision est venue. La création d’un espace sportif surmonté d'une quarantaine de logements en accession à la propriété - l'îlot Camus - permettra non seulement d’organiser des manifestations sportives – et de répondre ainsi à une forte demande – mais également d'accueillir les clubs et les écoles qui utilisaient le gymnase Camus et ce dès 2019. C’est également à cette date que les enfants du groupe scolaire Camus pourront découvrir le jardin pédagogique créé tout spécialement pour eux sur le toit de l’espace sportif. L’occasion d’éduquer les 3 – 11 ans à l’environnement en leur faisant découvrir de nouvelles espèces végétales, de nouveaux légumes…

La démolition du 1/3 Montpellier permettra d’améliorer les connexions piétonnes vers les équipements communaux comme l’école Appert dont la façade sera rénovée d’ici à la rentrée scolaire 2017-2018 et le Marché de Narbonne réhabilité d’ici à 2019. Pourquoi construire des logements privés dans Massy-Opéra ? Pour favoriser la mixité sociale garante du vivre ensemble ! Mais aussi parce qu’il s’agit de transformer le quartier en limitant les dépenses d’argent public qui, in fine, sont payées par vos impôts.

1-3 Montpellier /
Les Résidences (ex-Opievoy)

Mixer

C'est à l’horizon 2020 que le 1-3 Montpellier sera démoli. Une étape évidemment difficile pour ses locataires. Eh bien sachez que la ville et Les Résidences se sont engagées avec les amicales de locataires pour s'assurer que chaque famille trouve une solution. Que dire de plus ? Qu’un tiers des locataires a été relogé depuis l’été 2016 dans les conditions suivantes : respect de leurs exigences locataires quant au choix du quartier ; maintien du prix du loyer au m² (hors charges) sur le patrimoine Les Résidences, prise en charge du déménagement et des frais d’installation (électricité, gaz, eau, abonnements téléphone, suivi du courrier pendant 6 mois) et ce quel que soit le bailleur d’accueil. Mais pourquoi démolir ? Pour assurer la mixité sociale ! Hors de question que les logements sociaux soient concentrés dans un seul quartier de la ville. Et les logements privés dans un autre! Aux 70 logements en accession à la propriété qui sortiront de terre d’ici à 2023 en lieu et place du 1/3 Montpellier vient s’ajouter la construction d'une centaine de logements sociaux sur l'ensemble de la ville.

« Les Résidences Yvelines Essonne » (ex-Opievoy) réhabiliteront leurs 681 logements situés au cœur du quartier de Massy-Opéra à partir du quatrième trimestre 2017. Ces travaux de réhabilitation d’une ampleur inégalée concerneront les intérieurs des logements, les parties communes mais aussi les façades et toitures. La ville et le bailleur procéderont également à une requalification à terme des espaces verts en pied d’immeubles, en concertation avec les habitants.

La ligne 18

Flâner

Massicois, préparez-vous à voir vos temps de trajet fondre comme neige au soleil. Si relier Versailles-Chantier en 24 minutes, Châtelet en 26 minutes et l’aéroport d’Orly en 6 minutes relève aujourd’hui de la science-fiction, il en sera tout autrement dès 2024 grâce à la ligne 18 du Grand-Paris Express. La future gare de Massy-Opéra sera implantée au niveau de l’actuel parking Saint Exupéry d’où la nécessité de déplacer des arrêts de bus, de supprimer des places de parking ou bien encore de fermer définitivement aux véhicules la rue du Théâtre. S’il est impossible de faire évoluer un quartier sans chantiers, ces derniers permettront de renforcer l’attractivité du quartier et  la ligne 18 révolutionnera le quotidien de milliers de Massicois.

La ligne 18
en chiffres

Sachez que la ville négocie actuellement avec la Société du Grand Paris pour reconstruire  le pôle de stationnement touché par les travaux de la future gare de Massy-Opéra et veille à réduire au maximum l’emprise des travaux sur les places de parking.

%

souterrain

%

aérien

nouvelles gares dont celles de Massy-Opéra et de Massy-Palaiseau

train toutes les 3 minutes aux heures de pointe roulant à une vitesse de 65 km/h

Marre des dépôts sauvages ? Las des crottes de chien qui souillent l’espace public ou bien encore des mégots jetés à même le sol ? Nous aussi ! Et c’est la raison pour laquelle la municipalité a créé une Brigade Verte avec laquelle nous avons eu la chance de patrouiller.

14h30

Direction le siège de la Police Municipale rue de la Division Leclerc pour retrouver Daniel et Thierry autrement dit la Brigade Verte. La mission de notre binôme composé d’un agent de surveillance de la voie publique et d’un policier municipal est on ne peut plus sérieuse. Daniel et Thierry ont pour ambition de détecter les lieux les plus souillés et de rédiger les procédures à l’encontre des contrevenants, de relever les infractions et de verbaliser par Procès-Verbal électronique… sans oublier un volet plus pédagogique. Eh oui, le binôme a aussi vocation à vous former et vous informer quant aux bonnes pratiques à adopter en matière de salubrité publique.

15h

À peine le temps de saluer les confrères de la Voierie Express de retour de mission que nous quittons le siège de la Police Municipale à bord d’un véhicule électrique. Direction Atlantis ! La Brigade Verte y roule au pas – nous ne dépasserons jamais les 30 km/h – et tombe sur sa première infraction. Un dépôt sauvage ou, pour citer Thierry, « notre lot quotidien ». Que faire de ces cartons contenant des déchets médicaux ? Fouiller dans l’espoir de trouver des indices quant à l’identité de la personne qui les a laissés là. Manque de chance, nos deux gaillards font chou blanc ! Pas de quoi démotiver Thierry et Daniel qui ont intégré la Brigade verte sur la base du volontariat.

16h15

Si rouler au pas permet de détecter les infractions, il est quasi-impossible de prendre les contrevenants en flagrant délit, les patrouilles, elles, ont un effet dissuasif. Et Daniel de nous expliquer avoir sermonné une jeune femme qui n’a pas hésité à faire demi-tour et à ramasser le papier qu’elle avait négligemment jeté au sol. Il n’y a pas de petite victoire.

17h

Enième arrêt pour la Brigade Verte ! Encore un sac-poubelle laissé à l’abandon à côté d’un conteneur enterré… Cette fois-ci, Daniel et Thierry trouvent de quoi identifier le contrevenant qui recevra un PV par lettre recommandée. L’occasion pour nous de rappeler le montant des amendes que la Brigade Verte est appelée à délivrer. Un mégot jeté par terre ou une déjection non ramassée ? 168 euros ! Un sac-poubelle abandonné ? 135 euros ! Un graffiti ? 1 800 euros !

18h30

Atlantis, Vilmorin, Villaine, Massy-Opéra, pas un quartier n’échappe au regard affûté de nos fins limiers. La litanie des sacs-poubelles abandonnés est parfois interrompue par des découvertes assez saugrenues tel ce réfrigérateur abandonné sur le trottoir par un Massicois peu au courant des dates de passage des encombrants… pourtant disponibles sur le site de la ville  et sur l’Hebdo.

19h

Si l’heure est venue pour nous de laisser la Brigade Verte poursuivre ses opérations, sachez que leur journée est loin d’être finie. Daniel et Thierry, eux, ne quitteront le siège de la Police Municipale qu’aux environs de 23 h et n’oublieront pas une fois chez eux de sortir leurs poubelles… et de les déposer dans les conteneurs appropriés.

BIO

Sept. 1988 : Découverte de l’ESM Basket
Sept.2000 : Devient Arbitre
de haut niveau
Mai 2002 : Débute dans l’insertion
socio professionnelle des jeunes
Sept. 2004 : Rejoint la Croix Rouge
13 juin.2015 : Élu président de la section basket de l’ESM

Massy, Arnaud l’a dans le sang. La preuve ? À 42 ans, Arnaud n’a jamais quitté la ville qui l’a vu naître ! « J’ai déménagé trois fois. Trois fois à Massy. » Pourquoi Massy ? La question a le don de le faire sourire. « Parce que j’aime cette ville ! »

Suite du portrait

Une ville qu’il a vu changer de visage au fil des ans. Et Arnaud d’évoquer un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps où la rue Jean Rostand ne comptait que 8 numéros… contre 32 aujourd’hui. Un temps où l’Opéra n’était encore qu’un doux rêve. Un temps où se faire une toile à CinéMassy n’était pas encore au programme. Un temps où la Fête des Associations se tenait à Villaine. Un temps où… « Si l’on y réfléchit bien, il n’y a pas trop de quoi s’ennuyer » dans cette ville où l’enfant de Villaine a effectué une scolarité somme toute banale. « Élève moyen » pour reprendre ses
propos, Arnaud s’oriente vers la comptabilité et confie au passage s’être un peu perdu. Pourquoi ? Parce que notre homme travaille dans le social. Plus précisément à la Mission Locale.

S’occuper des autres, voilà ce qui fait battre son cœur. Un cœur gros comme ça pour reprendre une expression un tantinet galvaudée mais qui prend tout son sens lorsque l’on découvre au détour d’une conversation que notre homme est bénévole à la Croix Rouge depuis 2004. Titulaire d’un PSE1 (diplôme des Premiers Secours en Équipe de niveau 1) et d’un PSE2 (diplôme des Premiers Secours en Équipe de niveau 2), Arnaud a également suivi une formation de chef d’intervention et de chauffeur VPSP (Véhicule de premiers Secours à Personne). Sa motivation ? Là encore, aider son prochain. « Ma satisfaction en tant que bénévole à la Croix Rouge, c’est d’aider une personne à un moment donné. Je ne dis pas que l’on va résoudre tous les problèmes des gens en une heure voire une heure et demie d’intervention mais si l’on peut durant ce laps de temps atténuer la souffrance d’une personne par nos gestes et nos paroles, et bien ça, c’est déjà beaucoup. » Mission Locale, Croix Rouge, le constat s’impose de lui-même : Arnaud aime les gens et a un emploi du temps plutôt chargé. Et vous ne savez pas tout !

Eh oui, Arnaud qui a oublié que les journées ne durent que 24 heures et que les semaines ne font que 7 jours est également bénévole à l’ES Massy Basket. Un club qu’il fréquente depuis sa plus tendre enfance. 1988 pour être précis ! Comment expliquer sa passion pour les dunks et les claquettes ? « Une visite à la Fête des Associations » situées à l’époque à deux pas de chez lui. Mais encore ? « J’ai fait comme la plupart des gens qui s’y rendent et qui n’ont aucune idée de ce qu’ils veulent faire. » C’est-à-dire ? « C’est-à-dire que je me suis dirigé vers le stand d’une association sportive, que j’ai essayé le basket et que je suis tombé accro ». Accro ? Le mot est faible ! Arnaud a évolué en tant que joueur – « jusqu’à une blessure il y a deux ans » –, et maintenant en tant qu’entraîneur – « des Poussins aux Seniors » –, en tant qu’arbitre de haut niveau – « jusqu’à la Pro B féminine » et en tant que président de club – « depuis le 13 juin 2015 » Sa plus grande fierté ? « Participer à faire évoluer les choses et voir que les gens souhaitent s’inscrire à l’ES Massy Basket… qui pourrait bien monter cette année en Nationale 3. » Et l’enfant de Villaine d’évoquer l’ES Massy Escalade, l’ES Massy Natation, le club de handball ou celui de rugby… avant de prendre son sac-à-dos Massy et de conclure « Je suis un peu pro Massy ! » Mais ça, vous l’aviez compris.